C’est donc la face avant qui marque la principale évolution de ce restylage de mi-carrière. Le Vizor, qui comprend la calandre plate en plastique noir et les feux sous un même bandeau rend le Grandland moins anonyme dans le trafic. Toutefois, pour limiter le coûts, la découpe des ancien feux dans les ailes reste identique à la version précédente, ce qui explique les angles un peu plus étirés que sur le nouveau Mokka par exemple.

© Opel

Les autres changements sont plus succincts, même si les feux arrière sont réorganisés et que le hayon adopte une nouvelle police pour l’inscription de son nom. Les feux avant adoptent quant à eux l’éclairage matriciel Intelliux Pixel LED (qui s’adapte automatique aux conditions de roulage et à l’environnement) à 168 LEDS.

© Opel

Double écran

C’est donc à bord que se trouve l’autre changement majeur de ce remodelage. Le Grandland reçoit l’instrumentation entièrement digitale Pure Panel. Les boutons cèdent donc leur place à deux écrans, l’un de 10 pouces pour l’infodivertissement au centre de l’habitacle, l’autre de 12 pouces pour les infos de conduite face au conducteur.

© Opel
Quant à l’équipement, il s’enrichit d’un système de freinage d’urgence plus sophistiqué, intégrant désormais la reconnaissance des usagers faibles et le Highway Integration Assist, autorisant une conduite semi-autonome sur autoroute et dans les bouchons.

La technique n’évolue pas, et le SUV allemand fait toujours de ses motorisations hybrides rechargeables ses fers de lance.

Les premières livraisons sont prévues cet automne.