Le problème aurait été détecté dans le système de clé sans fil, qui identifie à distance le propriétaire du véhicule et déverrouille les portières à son approche. Pour ce faire, le Model X utilise la technologie Bluetooth Low Energy, qui envoie en permanence un signal pour détecter le véhicule. Elle permet également d’effectuer des mises à jour du logiciel à distance. C’est par cette « porte » que les « pirates » sont parvenus à leurs fins.

A l’aide d’un ECU (Electronic Command Unit) Tesla acheté d’occasion à 90€ sur Internet, et de matériel informatique grand public d’une valeur totale d’à peine 80€, les chercheurs sont parvenus à associer une seconde clé au véhicule, leur garantissant un accès total à ce dernier.

Faille corrigée

Après leur "exploit", les chercheurs ont immédiatement averti Tesla dès le mois d’août dernier. Le constructeur a depuis rectifié la faille via une mise à jour à distance.