A elles trois, l’Elise, l’Exige et l’Evora totalisent 51.738 unités, soit près de la moitié de la production totale de Lotus en 73 ans d’existence, en ce compris les véhicules produits pour des tiers, dont General Motors et Tesla. Plutôt pas mal pour des voitures dites « de niche », toujours produites de façon semi-artisanale.

Dans le détail, c’est évidemment l’Elise qui est la plus vendue avec 35.124 unités au cours de ses 26 ans de carrière. L’Exige en totalise 10.497, et 6.117 pour l’Evora, la plus « jeune » du lot. Les trois ultimes exemplaires rejoindront la collection du constructeur anglais.

L’outil d’assemblage va désormais être converti pour produire l’Emira dès le printemps prochain, l’Evija, la sportive 100% électrique, et plus tard, un SUV qui sera dévoilé lui aussi au printemps.

Les Anglaises championnes de la longévité

En quittant les chaînes après 26 millésimes, la Lotus Elise confirme que l’automobile anglaise est la championne de la longévité. Le roadster est pourtant loin des records du genre, notamment celui du Defender original, resté au catalogue durant près de… 70 ans. La première Mini avait, elle, plus de 40 ans lorsqu’elle a quitté la scène en 2001, tandis que la Morgan 4/4 poursuit sa carrière entamée en 1955. Quant à la Morris Oxford Sedan lancée en 1958, sa carrière s’est achevée en 2017 seulement en Inde, où elle était connue sous le nom de Hindustan Ambassador.