Les femmes représentent entre 20 et 30 % de la clientèle des motos-écoles.

Dans le monde de l’auto et de la moto, les clichés machistes ont souvent la vie dure. Mais les choses changent, notamment dans le domaine des deux-roues motorisé, et c’est heureux !

Les moto-écoles observent ainsi une hausse régulière du nombre de femmes qui souhaitent obtenir le permis moto. Ces dernières représentent aujourd’hui entre 20 et 30 % de la clientèle. De 2015 à 2019, les auto-écoles du VAB, par exemple, ont vu le nombre de candidates (au permis A, A1 et A2) augmenter de 41 %.

Malheureusement, nous dit-on à la Febiac, il n’existe pas de chiffres précis sur le nombre de “motardes” dans notre pays. Les statistiques étrangères confirment toutefois la tendance. Aux Pays-Bas, un nouveau motard sur cinq est une femme. De 2014 à 2018, le nombre de femmes ayant obtenu leur permis moto a augmenté de plus de 40 % (de 4 060 à 5 799) chez nos voisins du nord. En Suisse, les femmes représentent 15 % des motards. Et ce pourcentage augmente sans cesse. La gent féminine est encore mieux représentée (environ 20 %) parmi les propriétaires de scooters.

Ce sont principalement des femmes âgées de 20 à 30 ans qui optent pour ce moyen de transport, souvent pour des raisons de mobilité. Une enquête allemande a révélé que le pourcentage de “motardes” s’élevait à 9,9 % dans ce pays. Mais il est plus élevé chez les jeunes femmes (18 à 29 ans), avec 14,4 %.

La vente de vêtements moto aux femmes constitue une autre indication. Chez EKO-Motorwear, Fabrice Vyvey confirme l’intérêt féminin pour le deux-roues motorisé. “Depuis quelque temps, nous constatons un intérêt accru des femmes pour la moto, dit-il, estimant que les femmes représentent 10 % des motards. Auparavant, elles étaient presque exclusivement passagères. Mais elles sont de plus en plus nombreuses à conduire leur propre deux-roues, et donc à rechercher des équipements plus spécialisés.”

Florence Goblet (34 ans) a obtenu son permis moto fin novembre 2019. Elle conduit une 125 cc, mais aimerait passer à un modèle plus puissant.

Que représente la moto pour elle ? “La sensation de liberté. Le plaisir. Conduire une moto était un rêve. Ce sont des amis qui m’ont transmis cette envie. J’ai pris des cours de conduite chez Fedemot à Liège. Et la réalité correspondait à mes rêves. J’ai été de temps à autre passagère autrefois et cela m’a aussi convaincue de passer le permis. Par la suite, je n’ai plus voulu être passagère.”

Les réactions autour d’elles sont plutôt positives ? “Oui, très bonnes. Quand vous portez votre casque, on ne voit pas directement que vous êtes une femme. Beaucoup de femmes font pourtant de la moto. Mes copines sont surtout surprises. Mais ensuite, elles se disent ‘Nous aussi, on peut le faire !’ La moto n’est pas réservée aux hommes. “

Bon nombre de femmes, aujourd’hui, utilisent aussi leur moto ou leur scooter pour se rendre au travail. L’occasion de répéter ici qu’il est sympa de leur laisser la place pour remonter les files. Un petit coup d’œil dans les rétros et une manœuvre évidente pour se ranger vous voudra à tous les coups une main ou un pied levé en guise de remerciement !