Cette Série 2, nous l’avons déjà prise en main voilà quelques semaines dans l’une de ses ultimes versions de mise au point. A l’époque, le constructeur la présentait comme un cadeau à ses fans. Elle reste donc une propulsion, ou une quatre roues motrices typée propulsion selon le cas, et fait preuve d’un sacré tempérament.

© BMW
Puisque la technique a déjà été évoquée lors de notre essai, attardons-nous sur le style. Dédiée aux puristes, cette Série 2 évite l’écueil de la calandre aux naseaux XXL à l’avant, ne parvenant toujours pas à faire l’unanimité même au sein des « ultras » du constructeur bavarois. Ce coupé fait donc preuve d’une certaine retenue, et même d’une forme de sobriété rappelant la précédente génération, voire même la Série 1 Coupé. Le capot s’allonge, tout comme l’empattement (+51 mm) gage d’une meilleure habitabilité. L’habitacle affiche la même retenue, et s’apparente à celui d’une Série 3 ou Série 4, avec un dessin très horizontal et deux écran de taille somme toute raisonnable.

© BMW
Trois motorisations seront proposées. Outre la M240i dont nous vous avons déjà parlé, la gamme comptera également une 220i de 184 ch et, plus étonnant, un diesel 220d de 190 ch. Tous sont couplés d’office à une boîte automatique à 8 rapports. Les prix en Belgique s’échelonnent sont déjà connus : 36.700€ pour la 220i, 41.500€ pour la 220d et 57.250€ pour la M240i.

© BMW