Par rapport aux versions classiques de la gamme 812, ces "super-812" se reconnaissent à leur look bien plus agressif, avec un pare-chocs avant aux prises d’air XXL. Le bouclier arrière est tout aussi échancré, et reçoit trois petites ailettes sur les flancs, derrière les roues arrière. Le coupé renonce aussi à sa vitre arrière laissant entrevoir le moteur pour préférer un panneau de carrosserie composite, plus léger, qui s’étend de l’arrière du pavillon jusqu’à l’extrémité arrière, où il s’intègre dans le nouveau spoiler. Le poids total est ainsi inférieur de 38 kg par rapport à la 812 Superfast. Le cabriolet pour sa part adopte une structure arrière en arceau, ce qui lui confère désormais une allure de Targa, avec l’élément central au-dessus des passagers pour seule partie amovible.

© Ferrari
Mais les 812 Competizione, c’est évidemment aussi une affaire de moteur. Le gros V12 de 6,5l a été spécialement retravaillé (bielles en titane, pistons revêtus de carbone, vilebrequin allégé…) pour développer ici la bagatelle de… 830 chevaux ! Une puissance atteinte à… 9.250 tr/min, alors que le régime maximal grimpe qu’à 9.500 tr/min. Quant à la transmission automatique à 7 rapports, ses enchaînements ont encore été raccourcis. Alors forcément les performances sont exceptionnelles : 2,8 secondes suffisent à accrocher les 100 km/h départ arrêté, et la vitesse de pointe est annoncée à… 340 km/h !

© Ferrari
Non contente d’être rapide, la 812 Competizione promet aussi d’être redoutablement efficace. Elle embarque pour cela de nouveaux dispositifs inédits comme les quatre roues directrices indépendantes et le Side-Slip Control 7.0 qui centralise la gestion de tous les éléments d’aide à la conduite électroniques.

Ni le prix, ni le nombre d’exemplaires totaux produits de ces Ferrari 812 Competizione et Competizione A n’ont été rendus publics. La marque précisant toutefois que tous les exemplaires sont de toute façon déjà vendus.

© Ferrari