Début 1996, Porsche est en mauvaise posture. La 911, seul modèle au catalogue, ne parvient plus à remplir les caisses de la marque, et les tentatives de diversification des décennies précédentes (914, 924, 944, 928 et 926) se sont soldées par des échecs. Heureusement, le nouveau modèle lancé en 1996 rencontre un succès immédiat. Son nom : Boxster, contraction de « Boxer », nom donné à l’architecture de son moteur à cylindres à plat, et de roadster. Un succès qui n’a fait que se renforcer au fil des ans, puisqu’au fil de ses quatre générations, le Boxster s’est écoulé à plus de 357.000 unités.

© Porsche

Clin d’œil au passé

Pour ses 25 ans, le Boxster se décline en série limitée à 1.250 exemplaires. Celle-ci reprend les éléments esthétiques du concept présenté au Salon de Detroit en 1993. Elle s’habille donc d’une robe gris argenté, soulignée de jantes dorées « brun cuivré » et contrastée d’un intérieur intégralement bordeaux avec inserts « Boxster 25 » en aluminium.

© Porsche
Cette série spéciale repose sur la configuration technique de la Boxster GTS, et reçoit donc un 6 cylindres 4 litres de 400 chevaux, associé à la boîte manuelle à six rapports ou à l’automatique PDK à 7 rapports. Dans ce dernier cas, 4 secondes suffisent à passer de 0 à 100 km/h pour peu que l’on ait opté pour le Sport Chrono Package optionnel.