Esthétiquement déjà, cette mise à jour se remarque, ce qui mérite d’être souligné chez Volkswagen. La citadine voit sa face avant entièrement refondue, avec des blocs optiques plus travaillés, un pare-chocs redessiné et une calandre intégrant un jonc lumineux sur toute la largeur, pour les versions les plus haut de gamme en tout cas. La différence est tout aussi notable à l’arrière, où les nouveaux feux sont désormais en deux parties et débordent sur le hayon, faisant un rapprochement évident entre la Polo et la Golf.

La palette de couleurs s’enrichit de quatre nouvelle teintes dont le Vibrant Violet illustré ici, mais aussi le Rouge Roi, Ascott Grey et Gris fumé. Un toit contrastant de couleur noire peut désormais être associé à certaines couleurs.

© Volkswagen

Digital Cockpit de série

A bord, le tableau de bord virtuel Digital Cockpit est fourni de série, affichant ses cadrans et infos de conduite sur un écran de 8 pouces. Une dalle qui passe à 10,25’’ avec le Digital Cockpit Pro sur la finition Style. Au centre, le second écran dédié à piloter les fonctions de navigation, multimédia et de paramétrage affiche une diagonale de 6,5 à 9,2’’ selon la finition retenue. On appréciera aussi que la climatisation comme le volant conservent leurs commandes physiques, plus pratique que celles tactiles d’une Golf.

Côté équipement, signalons également l’apparition de projecteurs LED matriciels, qui adaptent leur faisceau aux réalités de la route (trafic, signalisation…), d’une conduite semi-autonome dans les bouchons, ou encore d’un airbag central supplémentaire.

© Volkswagen

Plus de diesel, mais toujours pas d’hybride

Le restylage de la Polo ne marque pas le retour du diesel dans la gamme, disparu au milieu de l’année dernière, ce qui n’est en rien une surprise. Plus surprenant en revanche est le choix de VW de ne pas proposer de motorisation (micro-)hybride. Pour l’heure, la Polo s’en tient donc à trois variantes du petit moteur 3 cylindres 1.0l de 80, 95 ou 110 ch, et une version CNG (gaz naturel) de ce même moteur, d’une puissance de 90 ch. Le 1.5 TSI de 150 ch disparaît donc (temporairement ?) de la gamme. Mais que les amateurs de sensations sportives se rassurent, Volkswagen a confirmé que la version GTI serait bel et bien maintenue !

© Volkswagen