Au début du mois, Lada avait déjà fait connaitre son intention de fermer ses usines pour quelques jours. La cause ? Le constructeur rencontrait un problème d'approvisionnement en faisceaux électriques. D'autres marques font face actuellement à la même pénurie (ce qui va accessoirement occasionner de nouveaux retards de livraison). De fait, le principal fournisseur de faisceaux des marques européennes est… en Ukraine.

Aujourd'hui, on sait que les usines Lada ne seront pas à l'arrêt que quelques jours, mais pour une durée indéterminée. Car c'est à présent toute la chaine d'approvisionnement de la marque qui pose problème. Les sanctions internationales touchent en effet tous les fournisseurs et sous-traitants de Lada. Ces derniers ne reçoivent plus de matière première, et ne peuvent donc fabriquer aucun des composants des voitures.

Une double peine pour Renault, qui avait déjà réagi en mettant en suspens toutes ses activités en Russie. Le groupe français est donc doublement touché par la guerre. Avec ses marques Renault, Dacia et Lada, le groupe français s'octroyait un bon tiers du marché russe. Une situation qui risque de peser lourd dans l'équilibre financier du groupe…