"Si nous utilisons l'hydrogène vert - produit via de l’électricité renouvelable NDLR - comme vecteur énergétique pour nos véhicules, cette quantité ne sera pas disponible pour la décarbonation dans d'autres domaines, comme la sidérurgie" a expliqué Markus Duesmann, invité à partager son avis sur l’avenir de la mobilité lors d’un sommet économique. L’homme ne semble donc pas croire en l’avenir de l’hydrogène pour les voitures particulières.

Plus étonnant, il ne donne guère cher de l’avenir des hybrides rechargeables, alors qu’Audi en compte une dizaine dans son offre. Le grand patron s’est même montré favorable à la suppression progressive, à la fin de cette année, de l'incitation à l'achat de véhicules hybrides rechargeables. Il soutient ainsi la décision du ministre allemand de l’économie. Duesmann va même plus loin en demandant que l’on arrête de réduire les prix des carburants avec des mesures politiques car cela ne soutient pas l’objectif de réduire notre dépendance aux combustibles fossiles.

Markus Duesmann soutient ouvertement la voie des véhicules 100% électriques pour l’avenir : "L'industrie automobile allemande doit concentrer tous ses efforts sur les moteurs électriques à batterie pour la mobilité individuelle - précisément parce que des niveaux d'investissement aussi élevés sont nécessaires pour construire une infrastructure de recharge adéquate. Je m'engage fermement à faire de cette technologie le choix évident".