Comme chaque année, la capitale américaine de l'automobile réserve son lot de nouveautés et de prototypes

ENVOYÉ SPÉCIAL AUX ÉTATS-UNIS, STÉPHANE LÉMERET

DETROIT Constituant un des événements internationaux les plus importants depuis les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis, le Detroit Auto Show ouvrira ses portes au grand public ce samedi.

Depuis dimanche dernier, les journées réservées aux professionnels s'y succèdent, avec des mesures de sécurité renforcées par rapport aux autres années: fouilles avec chiens policiers à l'entrée, obligation de montrer son passeport!

Heureusement, les constructeurs automobiles ne font pas semblant d'assurer le spectacle, avec des shows de présentation de nouveaux modèles toujours plus recherchés ou... farfelus. Ainsi, pour présenter le nouveau Chrysler Pacifica (une sorte de BMW X 5 au toit rabaissé) à la presse, Dieter Zetsche, le grand patron de Chrysler, n'a pas hésité à se déguiser en cuisinier pour jouer dans une minipièce de théâtre des plus ringardes. Même les journalistes locaux n'étaient pas dupes: ce n'est pas de cette manière que cet Allemand pure souche, placé là par Mercedes, parviendra à se faire accepter par l'opinion publique américaine, ni à faire oublier son autre apparition tout aussi maladroite de l'an dernier, en costume trois pièces parmi des responsables de Jeep vêtus de jeans!

Les Asiatiques très actifs

Chrysler ne semble d'ailleurs pas très inspiré cette année: cette Pacifica et son prototype Dodge Razor (une Lotus Elise à l'américaine) ne risquent pas de révolutionner l'automobile! Les constructeurs américains doivent pourtant se réveiller s'ils ne veulent pas se faire manger par leurs confrères européens et, surtout, asiatiques. Ceux-ci se montrent en effet de plus en plus actifs dans le domaine des SUV, où s'étaient réfugiés les Américains voici une dizaine d'années suite à la déferlante étrangère côté berlines. Ford - qui se contente de présenter une réplique de la très sportive GT 40 des années 60: bonjour le dynamisme! - s'apprête d'ailleurs à passer des moments difficiles. Demain, devrait être annoncé un plan de réduction de coûts entraînant la suppression de 20.000 emplois, sur les 175.000 que procure la société en Amérique du Nord.

Des trois grands de Detroit, celui qui semble le mieux armé pour attaquer une année 2002 de tous les dangers pour eux est General Motors, numéro 1 du marché SUV et minivans. Il présente ici un nombre impressionnant de nouveautés ou de prototypes (Cadillac XLR et Cien, Chevy SSR et Belair, Hummer H 2, Pontiac Solstice coupé et roadster, Autonomy...). Bob Lutz, son nouveau directeur exécutif, reconnaît cependant que les prototypes présentés ici par les Européens (VW Magellan et Mercedes Vision GST) et les Japonais (Toyota ccX, Nissan Infiniti FX 45 et Honda Acura RD-X) répondent à une demande très forte de la part des consommateurs. Ils se situent tous à mi-chemin entre un SUV et une berline ou un coupé sportif traditionnel. De cela, il n'est pourtant pas encore question chez GM. Seul Jeep, avec son proto Compass (sorte de Wrangler sportive et plus confortable que l'actuelle), joue cette carte particulièrement intéressante et représentant assurément la grande tendance de cette édition 2002 du salon de Detroit...