Auto-moto

Plus écologique et économique, il ne réclame pas beaucoup d'adaptations ni d'investissement. Il cartonne en France, mais est (quasi) inexistant en Belgique...

Las de voir le prix de l'essence atteindre de si hauts plafonds ? Vous pensez qu'il n'existe pas d'alternative abordable et déjà disponible aux éternels SP95, SP95-E10 et SP98 ? C'est faux : le superéthanol E85, en tout cas en France, perce.

Le principe ? Le superéthanol est un carburant en grande partie issu de l'agriculture qui contient beaucoup plus de bioéthanol que les carburants SP95-SP98. En l'occurrence, 85% contre 5 ou 10% maximum. Les 15% restants, c'est de l'essence traditionnelle. C'est donc un carburant plus écolo : essentiellement produit à base de betteraves et de céréales, il a l'avantage, par rapport à ses homologues d'être fortement détaxé. Un litre d'E85 ne coûte que 0,499 € à la station essence (qui casse les prix) d'Auchan, à Roncq (Nord), bien connue des acheteurs transfrontaliers ! Au même endroit, le Super 98 facture plus de trois plus cher son litre : 1,559 €... De manière globale, un litre d'E85 réclame un peu moins de 0,70 €.

Des adaptations techniques et une surconsommation

Trop beau pour être vrai ? Prudence, il y a quelques inconvénients et adaptations à envisager. Primo, une voiture à moteur essence n'est pas, de base, compatible avec le superéthanol E85. Il faut y installer un kit de conversion (un calculateur, qui régule l'injection en fonction du taux d'éthanol, plus élevé) pour la rendre "FlexFuel". Un travail qui réclamera entre 600 et 1.300 € selon les modèles. C'est la seule adaptation technique que l'usage de superéthanol E85, possible dès les moteurs E3, réclame.

Côté environnemental, le bilan est nuancé. Si la production de bioéthanol est locale (il est fabriqué en France) et qu'il a l'avantage de recracher dans l'air 50% de moins de CO2 que l'essence traditionnelle, certaines ONG estiment que le changement d'affectation des terres agricoles pour la production de biocarburants entraîne une hausse des émissions de gaz à effet de serre.

En revanche, il faut aussi savoir que si les performances de votre véhicule ne sont pas altérées (voire légèrement améliorées), votre consommation de carburant, elle, le sera. Et défavorablement. Le bioéthanol ayant un moins bon rendement que l'essence traditionnelle, un plein au superéthanol E85 vous fera vider votre réservoir en moyenne 20 à 25% plus vite qu'un plein traditionnel (Super 98 ou Super 95). Mais quand son plein coûte 30 €, forcément, ça passe mieux...

1400 stations essence compatibles en France

Enfin, vient le problème de la disponibilité : l'E85 est une exception quasi-française. Même si on le trouve dans plusieurs pays d'Europe, c'est le vaste terrain agricole français qui a servi de terreau à l'essor de ce carburant alternatif. Aujourd'hui, il est en plein boom, notamment parce que trois fabricants de boîtiers de conversion ont été officiellement homologués - les constructeurs vendent excessivement peu de modèles compatibles FlexFuel de série. Dans l'Hexagone, les pistolets E85 gagnent une station par jour...

On compte, sur le territoire français, 1.400 stations compatibles, soit 15% du parc.

En Belgique, qui n'a bien sûr pas le même terreau agricole, mais qui j'a surtout pas pris les décisions politico-économiques que celles ayant cours chez nos voisins, ce carburant est toujours introuvable, ou alors à portion anecdotique. Mais comme dans d'autres pays d'Europe, le sujet remue bien des discussions, et la situation n'est pas condamnée à rester figée...