C’est logique : suite à la fermeture des concessions automobiles pendant deux mois, certains garages vont devoir faire des conditions spéciales pour écouler leurs stocks et relancer les ventes. Dernier en date à nous l’avoir confirmé : Peter Bertin, le patron de Ford Belgique.

« Nous allons en effet offrir des remises encore plus importantes que d’habitude, principalement sur nos véhicules de stock », nous a-t-il confirmé par téléphone. « Nous allons aussi offrir des conditions de financement très spéciales : nos clients ne devront rien payer durant les trois premiers mois, et nous leur proposerons un taux très intéressant. Les détails seront communiqués officiellement plus tard cette semaine. »

Un appel à l’aide

A propos de ses concessionnaires, Peter Bertin ne se dit pas trop inquiet pour eux, du moins à court terme. « Nous avons beaucoup collaboré avec eux pendant le confinement et avons appliqué des mesures les aidant à traverser cette période très difficile. Du coup, je ne vois pas de risque immédiat de faillite dans notre réseau. En revanche, la crise économique devrait accélérer les regroupements et donc la création de grands ensembles de concessions. Cela me semble inévitable car avec la crise dans laquelle nous entrons, les petites entités auront bien du mal à être rentables. »

Peter Bertin, comme ses confrères importateurs automobiles, appelle donc de tous ses vœux une aide du gouvernement : « On a en effet besoin d’un soutien de ce dernier. Il faut que, comme d’autres pays européens, il soutienne le secteur via des primes poussant les gens à acheter des voitures plus propres que le parc actuel. Cela aura un impact positif sur l’environnement comme sur la santé financière du secteur auto, un des plus importants en termes d’emplois. »