Auto-moto Munis de caméras, ils peuvent détecter des infractions comme le dépassement de ligne blanche, mais pas (encore) la vitesse !

Les vacances approchent et de nombreux Belges s’apprêtent à prendre la route de l’Hexagone. Mais attention, le trafic est plus que jamais sous haute surveillance !

En France, il y avait déjà les radars fixes, les radars tourelles (qui contrôlent jusqu’à 7 bandes de circulation !), les radars mobiles en voiture (même conduites par des privés !), les jumelles, les longues-vues, cela ne suffisait pas. Il y aura désormais les drones !

Pour la vitesse , ils ne sont pas encore étalonnés, mais cela viendra sans doute. En revanche, ils permettent déjà de détecter plusieurs types d’infractions : le non-respect des distances de sécurité, les dépassements par la droite, les véhicules qui occupent sans raison la voie de gauche, ou encore les comportements dangereux.

C’est le gouvernement de Manuel Valls, en 2015, qui avait pris la décision d’utiliser ce genre d’engin. Des tests avaient été effectués en 2017, mais là, ça y est, ils sont en service ! En région parisienne mais aussi à Bordeaux. Le drone est contrôlé par des policiers qui, une fois l’infraction relevée (un pandore analyse les images en "live"), préviennent leurs collègues motards qui interceptent le contrevenant.

Dans l’Essonne, tout récemment, en deux heures, 64 infractions ont été relevées à l’encontre de motards (qui étaient ciblés pour cette opération), dont 34 franchissements de ligne blanche. Cette infraction est passible d’une amende de 135 euros et, pour nos amis français, d’une perte de trois points sur leur permis.

Les responsables de la sécurité ont déjà annoncé d’autres contrôles un peu partout sur le territoire. Avant les grands départs, autant savoir…