Alors que de nombreuses villes européennes ont déjà décidé de bannir les véhicules diesels sans débat ni consultation, les 26.000 citoyens d’Illkirch étaient invités aux urnes ce dimanche pour apporter leur avis sur la question.

Et les résultats sont éloquents : plus de 9 votants sur 10 (90,35%) ont marqué leur opposition à un bannissement du diesel.

Coup d’épée dans l’eau ?

Pourtant, malgré ce plébiscite, le sort du diesel semble déjà scellé dans la municipalité. Elle est en effet intégrée dans la communauté de communes de la métropole Strasbourgeoise qui a décidé d’instaurer une zone à faibles émissions (ZFE) sur l’ensemble de son territoire à partir du 1er janvier 2022. Le calendrier de renforcement des mesures prévu par celle-ci bannit les véhicules diesel, même récents, dès 2028.

Avec ce référendum, Thibaud Philipps, maire d’Illkirch, lui-même farouchement opposé à cette interdiction, espère faire des émules auprès d’autres élus de la métropole, et ainsi remettre en cause le calendrier de la ZFE. Reste que la participation était pour le moins limitée : seuls 14,93% de votants se sont rendus aux urnes.