Ce pays, c’est la Norvège. Le pays nordique est particulièrement avancé dans l’électrification. Les voitures électriques y bénéficient de nombreux avantages (usage des voies réservées au covoitures, stationnement gratuit, taxes réduites…) et d’une infrastructure de charge très développée. Les Norvégiens sont donc chaque année plus nombreux à se laisser tenter, le marché des voitures électriques volant de records en records.

42,4% en 2019, 54,3% en 2020 et 64,5% en 2021 : la part des voitures électriques dans les immatriculations norvégiennes ne cesse de croître, au gré de la diversification de l’offre et de sa démocratisation. Et à cela s’ajoutent 27,2% d’hybrides. Les autres motorisations se partagent donc les miettes : 4% pour le diesel et 4,2% pour l’essence dont les parts de marché ont fondu de moitié en un an.

Et pour 2022, les prévisions tablent sur une proportion de voitures électriques supérieure à 80% ! Une proportion déjà atteinte par certains constructeurs. Chez Audi par exemple, les e-tron, Q4 e-tron et e-tron GT représentent 93% des immats. Chez Hyundai, Ioniq, Ioniq 5 et Kona EV s’adjugent 89%.

Tesla surnage

Dans ce contexte, Tesla a ravi la première place du marché avec des ventes qui ont plus que doublé : +133,5% ! Volkswagen est second, et Toyota troisième (alors que le constructeur ne propose pas encore de voiture électrique !). La Tesla Model 3 est ainsi la voiture la plus vendue de Norvège, devant le Toyota Rav4, le Volkswagen ID.4 et le Tesla Model Y. C’est le premier marché au monde où Tesla obtient une telle position.