Touché moins directement que le marché des voitures particulières, le secteur des véhicules utilitaires s'attend toutefois aussi à ressentir le contrecoup des mesures liées à la crise du Covid-19.

C’est Geert Jaeken, directeur de la divisions « vans » de Mercedes Belgique, qui l’affirme : « Certes, les sociétés de livraison ont beaucoup de travail en ce moment. Mais la situation n’est pas si rose que cela pour le secteur des utilitaires légers. D’autres clients souffrent en effet beaucoup de la crise actuelle. Je pense aux sociétés de location court terme qui louent des minibus par exemple. La période actuelle est généralement très bonne pour eux mais avec un tourisme à l’arrêt, c’est la catastrophe. Idem pour le secteur des événements, également très friand de camionnettes. Et même l’industrie du bâtiment nous inquiète. Nous restons confiants à long terme mais nous savons que nous allons passer des moments difficiles. Même s’il est vrai qu’on peut s’attendre à une augmentation des ventes du côté des sociétés de livraison, on craint une chute du marché d’une vingtaine de pourcents en 2020. A nous, Mercedes Vans, de nous montrer réactifs pour que notre perte soit moins marquée. »

Pour ce faire, l’importateur prévoit notamment des promos sur certains modèles de stocks. «Il va de soi que nous restons fidèles à la vision de notre marque. Nos promos envisagent toujours de donner une plus-value à nos clients : Plus de voiture pour moins d’argent ».

A noter que chez Ford, leader du secteur en Belgique, le patron, Peter Bertin, s’attend aussi à ce que le marché des camionnettes souffre, mais un peu moins que celui des voitures particulières.