Auto-moto

Mercedes annonce un taux de croissance important en Belgique. 

Succès que la marque de luxe allemande doit à ses propres enregistrements de voitures, peut-on lire samedi dans De Tijd. Alors que le marché automobile belge s'était stabilisé au cours du premier semestre, la situation a changé en juillet. Soudainement, 45.110 nouvelles voitures ont été enregistrées, soit 5,5% de plus qu'en juillet 2018. Ces bons chiffres sont presque entièrement redevables à Mercedes. 4.572 véhicules de la marque allemande ont ainsi été immatriculés en juillet 2019, soit 60% de plus qu'en juillet l'année dernière.

Selon le constructeur automobile, cette croissance est due au succès de ses modèles compacts. Mais le secteur automobile est plutôt sceptique. Selon diverses sources, Mercedes aurait des problèmes avec la nouvelle norme d'homologation WLTP (visant à définir le niveau d'émissions et la consommation en carburant des voitures neuves, NDLR.), qui entrera en vigueur dimanche. Depuis le 1er septembre de l'année dernière, il est en effet interdit de vendre des voitures homologuées sur la base du précédent test d'émissions NEDC. À titre exceptionnel, les constructeurs automobile ont été autorisés à enregistrer 10% de leur volume annuel sous l'ancienne norme NEDC jusqu'au 1er septembre de cette année. Mais dès dimanche, ces voitures NEDC ne pourront plus être immatriculées dans l'UE.

Les constructeurs automobiles ont donc tenté d'écouler leur stock, avec plus ou moins de succès. Certains constructeurs ont enregistré eux-mêmes leurs voitures NEDC restantes en les vendant d'occasion et/ou avec des réductions substantielles. Or tout indique que Mercedes l'a fait massivement.

Rien qu'en juillet, près du quart des immatriculations de Mercedes (964 unités) ont été effectuées par l'importateur au siège de Bruxelles, selon De Tijd. Le nombre d'enregistrements via l'importateur Mercedes est trois fois plus élevé que chez Audi et huit fois plus élevé que chez BMW. Sans compter que de nombreux concessionnaires indépendants ont également dû enregistrer leurs véhicules.

La porte-parole de Mercedes, Helen Van Nuffelen, nie toutefois ces informations.