En cas de Brexit sans accord entre l’Europe et le Royaume-Uni, BMW sera contraint de gonfler les prix de la Mini, construite dans l’usine historique d’Oxford, afin de pallier d’éventuels frais douaniers.

Le Directeur Financier de BMW, Nicolas Peter, a affirmé n’avoir pas d’autre solution que d’augmenter le prix des Mini Hatchback (3 portes), 5 portes et Clubman (break) en cas de sortie de l’Union Européenne sans accord, arguant que des taxes douanières de 10% signifieraient un coût total de plusieurs millions d’euros pour le groupe.

Dans la pratique, si une telle hausse devait se répercuter sur le prix catalogue, cela signifierait une augmentation comprise entre 2.022€ pour une Mini de base (20.220€ actuellement) et 3.310€ sur la Mini Cooper E électrique (33.100€).

Il est à noter que le SUV Mini Countryman ne sera pas touché par ces augmentations puisqu’il est actuellement fabriqué chez VDL Nedcar aux Pays-Bas, et son remplaçant sera construit à Leipzig dès 2023.