Essai du X-Trail, le nouveau tout-chemin de Nissan

VERVIERS Grand spécialiste du 4x4, il n'y avait aucune raison pour que Nissan se prive encore longtemps d'investir le segment de plus en plus porteur des tout-terrain de loisirs. Une mode lancée il y a plus de dix ans par Suzuki avec son Vitara et qui, depuis, a fait de nombreux petits: Honda CRV et HRV, Toyota Rav4, Hyundai Santa Fe, Renault Scénic RX 4... Même les hyperspécialistes que sont Land Rover et Jeep ont cédé à la tentation avec le Freelander et le nouveau Cherokee, nettement plus soft que l'ancien. Il était donc temps que Nissan s'y mette aussi, ce qui est désormais chose faite avec le X-Trail.

Un tout-chemin qui reprend la philosophie du Rav4, qui cartonne en ce moment en Belgique. Disponible en deux roues motrices sur certains marchés, il arrive chez nous avec une transmission intégrale enclenchable. Comprenez que lorsque l'adhérence est bonne, le X-Trail est une traction avant, avec ce que cela signifie comme gains en termes de performances et de consommations. Mais dès que la situation devient critique, il peut devenir 4x4, avec même la possibilité de bloquer le différentiel pour se sortir d'un mauvais pas. Cela lui offre des capacités de franchissement assez rares pour sa catégorie, même si on ne peut pas l'utiliser pour partir à l'aventure comme avec une Jeep Cherokee, par exemple. Que les choses soient claires: le X-Trail n'est pas un vrai quatre-quatre destiné à s'embarquer pour Dakar mais un véhicule de loisirs offrant la possibilité de s'éloigner des sentiers battus ou de rouler plus en sécurité en ces temps hivernaux.

La tenue de route du X-Trail constitue d'ailleurs un de ses points forts, quelles que soient les conditions de circulation. Sur le modèle essence (2 litres 140 ch), il est même possible d'opter pour un système ESP de contrôle de trajectoire, comme sur les berlines les plus modernes. Nous avons toutefois dû nous contenter d'essayer la version turbodiesel, qui sera bien entendu la plus vendue chez nous.

Celle-ci est dotée d'un 2,2 litres à injection directe à rampe commune, développant 114 chevaux. Un bloc moderne et très performant (d'autant qu'il est associé à une excellente boîte 6 vitesses) mais légèrement pénalisant sur un plan fiscal par rapport aux Rav4, Grand Vitara et autre Freelander, équipés de mécanique 2 litres. Sa consommation n'est pas non plus son point fort: n'espérez pas consommer moins de 8l/100kmsivousnevoulez pas vous traîner. Il pourrait également être un peu mieux insonorisé. Mais son agrément à tous les régimes compense largement ces petits bémols.

Autre qualité du X-Trail: la présentation de son habitacle, très lumineux et faisant appel à des matériaux de belle qualité. Dommage que l'ergonomie ne soit pas plus soignée: certains détails (compteurs centraux, réglages de ventilation compliqués...) ne participent pas à la sécurité active. Bravo, par contre, pour les porte-boissons réfrigérés!

Reste le prix, assez élevé: 25.200€ en turbodiesel, à comparer aux 22.355 € d'un Rav4 D-4D 5 portes, aussi bien équipé. Mais pour ce prix-là, vous bénéficiez d'un véhicule plus habitable, grâce à une longueur de 4,51 mètres, contre 4,24 côté Toyota. Cela peut constituer un argument de vente valable, d'autant plus que le X-Trail présente l'attrait de la nouveauté et qu'il se révèle vraiment agréable à conduire.