Depuis cette année, la norme CAFE (Corporate Average Fuel Economy) régit les ventes de véhicules neufs dans l’Union Européenne. Celle-ci impose un taux de rejets de CO2 moyen maximal à ne pas dépasser pour chaque groupe automobile fixé à "95 gr/km" (Cycle NEDC). En réalité, chaque marque s’est vu attribuer un objectif à atteindre en fonction des émissions de CO2 de ses véhicules en 2017 et du poids des voitures de sa gamme. Ainsi Renault, qui vend majoritairement des voitures compactes, a pour objectif 92 gr/km en 2020, tandis que Volvo a un objectif de 109 gr/km "grâce à" ses SUV. Dans ce calcul, les voitures électriques et hybrides rechargeables bénéficient d’un coefficient multiplicateur favorable qui rend leur place encore plus prépondérante dans le mix des ventes. Vous comprenez dès lors mieux pourquoi ces motorisations se multiplient à une vitesse fulgurante sur le marché.

Et si cette année 2020 est surtout une répétition générale, tout dépassement pourra coûter très cher dès l’année prochaine. Les amendes, calculées à 95€ par gramme de dépassement multiplié par le nombre de voitures vendues, pourraient se chiffrer en milliards d’euros !

PSA en bon élève

A ce jour pourtant, un seul groupe automobile est parvenu à atteindre son résultat selon les données de l'ONG International Council on Clean Transportation (ICCT). PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall) affiche en effet une moyenne de 92 gr/km sur l’ensemble de ses ventes 2020, pile dans sa cible. D’autres constructeurs sont également très proches d’atteindre leur objectif : Volvo et Nissan, qui ne le dépassent que de deux petits grammes ; et Renault et BMW, 3 gr/km au-dessus.

Pour d’autres groupes en revanche, la tâche s’annonce plus ardue : Volkswagen Group dépasse son objectif de 11 gr/km, FCA, qui rachète pourtant les rejets – nuls, forcément – de Tesla pour les intégrer dans son total, rejette encore 13 gr/km de trop, et Daimler, 15 !

La moyenne européenne, fixée à 96 gr/km pour l’ensemble des constructeurs en 2020, est pour l’instant dépassée de 7 gr/km (103 gr/km). Le temps presse donc !

© ICCT