Auto-moto Non, ça n’arrive pas qu’aux autres, Subaru a mis au point un système de détection déjà disponible sur son Forester.

Quand on lit l’histoire dramatique d’un bébé oublié - et malheureusement décédé - sur la banquette arrière d’une voiture, on se dit que ce n’est pas possible, que cela ne vous arrivera jamais, à vous, parent responsable.

Et pourtant, le stress de la vie aidant, cela n’arrive pas qu’aux autres. Aux États-Unis, 36 bébés au moins perdent la vie chaque année dans ces conditions. Selon une statistique publiée par l’Université de Yale, aux USA, 51 % des conducteurs ont déjà surpris leur enfant avec le harnais de leur siège auto détaché. La statistique ne dit pas combien n’ont rien vu du tout alors que leur bébé n’était pas ou plus sécurisé dans la voiture…

Bref, on n’est jamais trop prudent et la perte ne fût-ce que d’un enfant par an est injustifiable autant qu’inacceptable. Dès lors, quand une marque automobile met au point un système de détection dans ce cadre précis, on ne peut qu’applaudir.

Pour mettre fin à de tels drames, la marque Subaru a mis au point ce qu’elle appelle "le rappel de siège arrière". Son principe est simple. Dès que le moteur est coupé, un message d’avertissement apparaît sur le tableau de bord et un signal d’alarme retentit. De cette manière, le conducteur est en quelque sorte sommé de vérifier le siège arrière avant de quitter son véhicule.

La fonction est activée après l’ouverture ou la fermeture d’une des portes arrière. Le premier modèle à être équipé du rappel de siège arrière en Europe est le nouveau Forester e-Boxer, qui sera disponible chez nous à partir de novembre. On précise qu’il ne s’agit pas d’une option. Le système est disponible dans toutes les nouvelles versions du Forester.

Nous avons fait le tour des marques pour voir si un système analogue existait chez elle et, assez étrangement, mis à part dans le groupe VW où, sur certains modèles, une mention "Rien oublié ? Téléphone mobile ? Tout le monde est bien descendu" apparaît au tableau de bord au moment de quitter la voiture, on ne trouve pas encore de rappel de précaution sur la plupart des voitures appartenant aux grands groupes automobiles distribués chez nous.

Même si, pour certains les systèmes sont à l’étude (notamment Renault, Mercedes qui met au point un système très sophistiqué avec capteurs et caméras.).

On sait par ailleurs que l’Europe envisage de rendre un tel système obligatoire et que, à partir de 2022, EuroNCAP - l’organisme qui évalue la sécurité des voitures - tiendra compte de la présence de systèmes de détection d’enfants dans ses chiffres d’évaluation.

En attendant, on peut toujours se rabattre sur les sièges de voiture pour bébés équipés d’une option (à 50 € chez Cybex par exemple, mais qui n’est pas disponible séparément, elle doit accompagner un siège de la marque) qui, entre autres, alerte le conducteur, via une application sur son smartphone, quand votre enfant le déverrouille, lorsque la température ambiante est trop élevée ou trop basse, quand il est laissé sans surveillance dans la voiture ou si votre bébé est assis trop longtemps.

On rappellera enfin qu’un tel système est souhaité par des températures tant caniculaires (quand il fait 30°C dehors, la température dans la voiture monte déjà à 40°C après 10 minutes, à 45°C après une demi-heure. Or, une température corporelle de 42°C peut être fatale pour un bébé !) que polaires, même si c’est moins fréquent chez nous…