C’est une annonce comme en n’en voit pas souvent : un vendeur californien a mis en vente sur Marketplace – le listing de petites annonces de Facebook - deux exemplaires de la fameuse DeLorean DMC-12 affichant des kilométrages particulièrement bas : 2.612 km (1.623 miles) pour la première et seulement… 22 km (14 miles !) pour la seconde ! Les deux voitures ont visiblement été achetés neuves ensemble en 1981, première année de production du modèle, si l’on s’en réfère à leur plaquettes d’identification portant des numéros de série directement successifs et la mention "Mars 81".

© D.R.
On ne sait pour quelle raison l’acheteur les a rapidement entreposées dans ce garage, mais toujours est-il que les deux modèles sont en excellent état de conservation, même si l’annonce précise que la voiture ayant le moins roulé est  "partiellement démontée" sans préciser la nature exacte des travaux à prévoir. L’autre est prête à prendre la route.

Initialement, le vendeur souhaitait vendre les voitures uniquement par paire, à un tarif particulièrement alléchant : 53.000 dollars, soit 45.000€ environ ! Une aubaine pour les amateurs du modèle, sachant qu’il s’agit du prix auquel se vend habituellement un exemplaire en bel état. L’annonce a toutefois été modifiée entretemps, précisant que les deux autos seraient finalement vendues aux enchères, à une date qui reste à déterminer.

© D.R.

La DeLorean DMC-12

La DeLorean DMC-12 est l’œuvre de l’ingénieur et ex-Vice-Président de General Motors John DeLorean qui voulait construire « la sportive de ses rêves ». Il imagina donc une voiture futuriste qui étonne encore aujourd’hui par ses portes papillon et sa carrosserie en aluminium brossé. Malheureusement, la voiture est équipée d’un moteur français, le V6 PRV (Peugeot-Renault-Volvo) qui ne développe que 130 chevaux, rendant les performances très moyennes au regard du look de l’auto.

DeLorean, qui espérait en vendre 10 à 12.000 exemplaires par an sera contraint de jeter l’éponge après 3 années de production seulement et 8.583 exemplaires fabriqués, criblé de dettes et miné par une affaire de trafic de drogue à laquelle il s’est trouvé mêlé. On estime aujourd’hui que 6.500 exemplaires sont toujours en circulation.