Le constructeur automobile allemand a réduit son réseau en Belgique, passant de 54 à 34 concessionnaires et de 136 à 109 points de vente, a annoncé jeudi à Belga le managing director d'Opel Belgium Michel Vercruyssen. 

La marque est entrée il y a deux ans dans le giron de PSA (Peugeot, Citroën, DS), qui l'a reprise à l'Américain General Motors (GM). L'objectif principal de PSA était de rentabiliser la marque. "Opel n'avait pas réalisé de bénéfices depuis dix ans. Ce n'était pas tenable", a expliqué M. Vercruyssen. "C'est pourquoi d'importantes économies ont été réalisées immédiatement après l'acquisition, et cela a porté ses fruits."

Au premier semestre de l'année dernière, Opel a réalisé quelque 700 millions d'euros de bénéfices, soit une augmentation de 40% par rapport à la même période un an plus tôt et le meilleur résultat jamais enregistré par la marque. "Il est encore trop tôt pour obtenir des résultats pour l'ensemble de l'année 2019, mais nous savons déjà que la marge opérationnelle était de 6%, un objectif que nous nous étions fixés pour 2024. Le plan a donc pris de l'avance", selon Michel Vercruyssen.

La réorganisation du réseau belge doit aussi, selon Opel, permettre aux concessionnaires restants de réaliser de bons bénéfices. "Les ventes ont augmenté de 63% par point de vente", a affirmé le managing director.