Initialement prévue pour être opérationnelle dès ce mois de juillet, l’usine Tesla de Berlin enregistre des retards à répétition depuis sa mise en chantier l’an dernier. Et ce n’est peut-être pas fini, car le chantier pourrait une nouvelle fois être perturbé par une affaire… de lézards et de serpents.

Ce ne sont pas tant les animaux en eux-mêmes qui posent problème, mais bien les défenseurs de l’environnement, qui reprochent au constructeur américain son manque de considération pour la biodiversité dans le choix et la mise en œuvre de sa construction. Deux groupes environnementaux ont ainsi saisi le tribunal pour exiger de Tesla la relocalisation des lézards des sables, espèce menacée vivant sur le lieu du chantier, ainsi que de certaines vipères, elles-aussi espèce en danger.

"Tout ne peut pas être fait à la vitesse de Tesla" déclare Christiane Schröder, à la tête de la Nature Protection Federation du Land de Brandebourg, où prend forme la future usine. Ce n’est pas la première fois que les groupes environnementaux font stopper temporairement la progression des travaux, retardant l’échéance du chantier, quand ce ne sont pas des tracasseries administratives ou des défauts de paiement

La mise en service de l’usine est pour l’heure reportée au premier semestre 2022.

Source : Automotive News Europe