Après Maserati avec la MC20 et McLaren avec l’Artura, c’est désormais Ferrari qui se lance dans la berlinette électrifiée. Une électrification qui passe par une solution hybride rechargeable. Toutefois, pas de record d’autonomie ici, puisque la petite batterie de 7,45 kWh ne pourra alimenter seule le moteur électrique de 167 chevaux que durant 25 kilomètres environ. Son intérêt est donc surtout d’apporter une puissance supplémentaire – s’il le fallait – au nouveau V6 2.9l qui donne son nom au somptueux coupé : 29 comme la cylindrée, 6 comme le nombre de cylindres. Ce dernier délivre à lui seul 663 chevaux. Et lorsque les deux moteurs travaillent ensemble, ce ne sont pas moins de 830 chevaux et 740 Nm qui sont disponibles !

© Ferrari
Quel que soit la motorisation qui œuvre, cette 296 GTB reste une propulsion en toutes circonstances. Un avantage pour la masse totale du véhicule, contenue à 1.470 kg. Cela ne l’empêche nullement de soigner sa motricité et de se montrer particulièrement véloce puisque le 0 à 100 km/h est validé en 2,9 secondes, tandis que la vitesse de pointe est annoncée à 330 km/h.

© Ferrari