Auto-moto

Il est de 584 € pour une essence et 549 € pour une diesel. Plus cher que chez nos voisins français, allemands… mais pas bataves !

Plutôt dans la moyenne ! Voici le positionnement de la Belgique, sur une échelle européenne, quant au prix mensuel de l’usage d’une voiture sur ses terres. De fait, nous sommes plus proches des tarifs coquets de nos voisins hollandais que du prix mensuel nettement plus doux de nos amis teutons !

Conduire une voiture aux Pays-Bas coûte effectivement plus cher que partout ailleurs en Europe. En moyenne, les automobilistes néerlandais dépensent 660 € pour rouler en essence et 805 € pour utiliser leur auto diesel. À l’autre extrême, en Allemagne, la moyenne mensuelle se situe entre 418 € (essence) et 454 € (diesel). Conduire une voiture au Royaume-Uni et en Suède coûte plus cher, respectivement 600 € (essence)/630 € (diesel) et 582 € (essence)/576 € (diesel). Et chez nous, alors ? Le petit Royaume de la voiture de société diesel ne trahit pas sa réputation : en Belgique, le prix mensuel moyen se situe entre les deux extrêmes. Mais surtout, comparé à la majorité des pays sondé, chez nous, rouler au diesel est moins coûteux : 584 € pour une voiture essence et 549 € pour un véhicule diesel… Alors que, passée la frontière hollandaise, un bloc diesel coûte près de 150 € de… plus par mois !

Ces données sont issues du CarCost Index, préparé (pour la première fois) par le loueur automobile LeasePlan. Cette étude porte sur les coûts de propriété et d’utilisation d’un véhicule dans onze pays européens. L’index agrège moult données du coût réel d’une voiture. La base du calcul, le mètre étalon ? Une voiture du segment C (VW Golf, Renault Mégane, Opel Astra, Audi A3...), avalant 20.000 kilomètres par an (en Belgique, territoire plus restreint oblige, on roule moins, 15.000 km en moyenne), sur une base de trois ans. Cette analyse se base sur des facteurs tels que le prix d’achat, la dépréciation, l’assurance, les frais de réparation et d’entretien, les taxes et les coûts de carburant. Les coûts fixes tels que les frais d’entretien et les taxes représentent 70 % des coûts totaux, ce qui indique que les automobilistes ont peu d’influence sur la facture globale. La dépréciation est le plus important de ces coûts fixes (36 %).

Au sein de l’Europe , à chaque pays sa spécificité ! En Italie, les coûts de carburant sont les plus importants du Vieux Continent. Tandis que c’est en Espagne que l’assurance auto est la plus chère. L’entretien, en revanche, est le plus élevé en Suède, et le moins cher au Royaume-Uni. De son côté, la Suisse est le pays qui sanctionne le plus l’usage de véhicules diesel… Point de marché unique sur le Vieux Continent lorsqu’il est question d’automobile…

© DH