S’il y a bien un marché où les partages de véhicules – et des coûts de développement et de production qui y sont liés – sont légion, c’est celui des utilitaires. Sur le segment le plus compact, Renault partage son Kangoo avec Mercedes (Citan) et Nissan (Townstar), et PSA décline son modèle sous quatre marques (Citroën, Peugeot, Opel et Toyota), et même bientôt cinq puisque le Fiat Doblo gonflera les rangs dès 2022. Ford et Volkswagen, deux derniers larrons du segment, ont donc prix la sage décision d’unir leurs forces.

© Ford
Et c’est donc le Tourneo Connect, version ludospace du futur Transit Connect qui ouvre la concrétisation de cette collaboration. Les designers de Ford ont toutefois œuvré à donner une personnalité propre à leur voiture, avec notamment une calandre XXL qui affleure les feux horizontaux, pour conférer un style inspiré des SUV de la marque. Difficile en revanche de masquer l’évidente parenté avec le Volkswagen Caddy de profil ou de dos, où les différences sont bien plus ténues.

© Ford
Il en est de même à bord, où l’on retrouve ce tableau de bord simplifié dont l’ensemble des commandes est désormais rassemblé dans l’imposant écran tactile central d’une diagonale maximale de 10 pouces. Derrière le volant spécifique à Ford, le client peut opter pour un second écran de 10,25’’ dédié à l’instrumentation et aux infos de conduite.

Deux longueurs de carrosserie sont proposées, avec des valeurs utiles similaires à celles du cousin : jusqu’à 2,6 ou 3,1 m³ utiles selon l’empattement choisi, et il est possible de transporter jusqu’à 7 personnes à bord.

© Ford
Le nouveau Ford Tourneo Connect est proposé en trois finitions (Trend, Sport, Titanium) et 3 motorisations. Le 1.5l Ecoboost délivre 114 ch, et le 2.0l Ecoblue (diesel) est proposé en 102 ou 122 ch. La boîte automatique est disponible en option sur chacune d’entre elles, et la transmission 4x4 peut être ajoutée avec le diesel le plus puissant.

L’arrivée en concessions est prévue début 2022.

© Ford