En voiture ! Mais si vous l’utilisez, n’oubliez pas de la désinfecter régulièrement.

Cette épidémie nous oblige à penser autrement, au jour le jour. Y compris en voiture ! Par les temps qui courent, cette auto si souvent décriée représente aujourd’hui le moyen le plus sûr (les Anglais diront le plus safe) de se déplacer, pour autant, bien sûr, que ce soit absolument nécessaire. Car la voiture vous permet d’éviter le contact avec les autres.

Premier conseil, si possible, voyagez seul. Et si votre bonne âme vous pousse à emmener un ou une collègue de bureau, il vous faudra prendre des précautions. Car il est bien difficile, dans un espace aussi restreint, de respecter la distanciation sociale ! Donc, il faudra porter un masque, tant pour vous que pour votre passager (si possible le modèle FFP2).

À ce titre, sachez que certains constructeurs en fournissent un avec le kit de secours. Évitez l’air conditionné et lorsque vous faites le plein, utilisez un gant jetable ; composez votre code avec un stylo-bille que vous désinfecterez ensuite.

La désinfection du véhicule est d’ailleurs de rigueur après chaque déplacement, en insistant sur les endroits les plus touchés (comme ceux indiqués sur notre photo).

Mais comme la règle est de rester chez soi tant que faire se peut, certains d’entre vous n’utiliseront pas leur véhicule pendant une très longue période. Deux mois, voire plus.

Il n’est pas inutile, en cas de longue immobilisation de surgonfler les pneus de 200 ou 300 g. Pas besoin d’aller à la station pour ce faire, une pompe (à pied) à vélo (avec double embout et indicateur de pression) suffira.

La batterie est l’un des éléments à protéger, surtout si elle n’est pas toute neuve. Si vous avez un garage, vous pouvez brancher la voiture sur secteur à l’aide d’un ‘mainteneur’ de batterie. Certains la débranchent (dévisser une cosse suffit) mais renseignez-vous avant de le faire, surtout si vous avez une voiture récente, afin de ne pas dérégler toute l’électronique !

Pensez à démarrer le moteur une fois toutes les deux semaines pour maintenir une bonne lubrification de l’ensemble. À l’arrêt, l’huile a tendance à descendre dans le bas du moteur. L’opération doit durer un bon quart d’heure, car à l’arrêt, la voiture chauffe moins vite. Avec ce laps de temps, vous n’encrasserez pas les systèmes de dépollution, qui n’apprécient guère de tourner à froid.

En même temps, faites fonctionner la climatisation afin d’assurer, ici aussi, la lubrification du compresseur et de tous les joints, car l’huile est véhiculée par le fluide frigorifique.

© D.R.