Auto-moto Volkswagen offre à ses clients une initiation aux premiers secours.

Les accidents de la route constituent un sujet qui revient souvent dans les journaux. On met en cause l’abus d’alcool au volant mais aussi les vitesses excessives que permettent, sans doute un peu facilement, les véhicules d’aujourd’hui toujours plus performants. Dans ce contexte, les constructeurs, parfois sont aussi montrés du doigt.

Pourtant, ils multiplient les efforts pour améliorer sans cesse la sécurité des occupants des véhicules mais aussi celles des autres usagers de la route. VW a cependant désiré faire un pas supplémentaire en participant activement au projet Rescue Drivers.

En quoi cela consiste-t-il ? Il s’agit avant tout d’apprendre les gestes qui sauvent en cas d‘accident, tant sur la route, qu’à la salle de sport, à l’école ou au bureau. Rescue Drivers permet à tous les conducteurs de Volkswagen de prendre connaissance de l’ensemble des techniques d’intervention de premiers secours. Parce que la plupart d’entre nous, avouons-le, se trouvent bien démunis lorsque confrontés à des cas de figure concrets. "La communauté de conducteurs de véhicules VW, en Belgique, compte plus de 700 000 personnes, "communique la marque. "autant de gens que nous souhaitons sensibiliser plus activement à ce projet de sécurité."

En pratique, 77 sessions gratuites (en partenariat avec la Croix Rouge) auront lieu en octobre, novembre et décembre, dans un total de 55 concessions de la marque réparties en Wallonie, en Flandre et à Bruxelles. Avec un maximum de 15 participants, les séances consacreront suffisamment de temps et d’espace pour fournir des explications théoriques et des exercices pratiques, sur : le massage cardiaque, la réanimation avec défibrillation, la prévention de la suffocation et l’intervention pour le soin des plaies dans la voiture (en cas d’accident).

"Chaque jour, 30 Belges sont victimes d’un arrêt cardiaque à l’extérieur de l’hôpital. En moyenne, seuls 5 à 10 % d’entre eux survivent. La réanimation peut doubler ou quadrupler les chances de survie. L’espérance de vie augmente davantage (de 50 à 70 %) si vous utilisez un DEA (défibrillateur externe automatique) dans les 3 à 5 minutes qui suivent l’arrêt cardiaque…"