Le tonneau des Danaïdes

Paul Vandenabeele

BRUXELLES En utilisant cette expression qui date du XVIIIe siècle, le tonneau des Danaïdes, nous faisons allusion à une action, un travail, une tâche dont nous ne voyons jamais la fin, dont nous devons sans cesse recommencer, qui est absurde.

Dans la mythologie grecque, le tonneau des Danaïdes était une barrique percée (sans fond) que les filles de Danaos (compte tenu du fait d’avoir tué leur époux lors de la nuit de noces; elles ont épousé leurs cousins) étaient condamnées, aux enfers, à remplir sans fin.

Danaos aurait ordonné à ses filles de cacher dans leurs cheveux une grande épingle dont elles se seraient servies pour percer le cœur de leurs maris.

Cette expression est aussi employée lorsqu’un compte en banque est constamment vidé de son contenu par une personne extrêmement dépensière.

© La Dernière Heure 2010.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be