Les sites de cash-back: être payé pour faire son shopping? Ça cartonne!

La tendance de l’achat rémunéré prend de l’ampleur sur le Web. Explications.

Alexis Carantonis
Les sites de cash-back: être payé pour faire son shopping? Ça cartonne!

La tendance de l’achat rémunéré prend de l’ampleur sur le Web. Explications.

Même Vivian (Julia Roberts dans Pretty Woman) n’aurait pas osé en rêver ! Imaginez donc : vous faites votre shopping, et vous recevez des sous pour ça…

En ultra-simplifié, c’est ce que proposent les sites de cash-back qui cartonnent sur la Toile. Ils s’appellent igraal, poulpeo ou encore ebuyclub, pour ne citer que le trio de tête hexagonal du secteur. Auquel on pourrait encore ajouter ceriseclub, cashstore, eliracash ou wajestic. La Belgique aussi a pris la balle de l’e-discount au bond, avec des sites comme facealacrise.be, becash.be ou cashbackdeals.be.

Ils adoptent tous le même principe : l’achat rémunéré. On vous explique.

1 Vous vous inscrivez, gratuitement, sur l’un des sites cités ci-dessus (par exemple). Dès que vous êtes inscrits, votre compte est activé, votre cagnotte à cash-back ouverte. Généralement, en guise de cadeau de bienvenue, le site vous offre 3 €, directement déposés sur cette cagnotte. Somme souvent agrémentée d’1 € supplémentaire si vous installez l’extension du site à votre navigateur.

2 Lorsque vous êtes sur le point de faire votre shopping en ligne, passez d’abord sur le site de cash-back. Via la page des marchands partenaires, cliquez sur le site du marchand auprès duquel vous désiriez réaliser votre achat. C’est ici que vous êtes informé du pourcentage de cash-back que le site vous offre. Une fois sur le site du marchand, réalisez votre achat, comme d’habitude.

3 Sur le site de cash-back, vous verrez désormais que la cagnotte de votre compte a été créditée du pourcentage de cash-back sur la somme dépensée pour l’achat que vous venez de réaliser. Exemple : vous venez d’acheter un set de tapis de voiture à 100 € sur Amazon. Ce mois-ci, Amazon offre 7 % de cash-back sur la catégorie Automobile, 4 % sur la catégorie Puériculture (ces catégories changent tous les mois). Votre compte vient donc d’être crédité de 7 €. Enfin, un chouïa moins : le cashback n’est réalisé que sur la valeur du produit, hors-taxes et hors-livraison.

4 Pour récupérer la somme accumulée sur votre cagnotte, il suffit d’atteindre un certain montant : entre 10 à 20 €, selon les sites de cash-back. Une fois ce montant atteint, vous pouvez demander le virement de ladite somme sur votre compte bancaire, ou un versement Paypal si vous disposez d’un tel compte. Oui, on ne parle pas de bon de réduction ou de promo, mais bien d’argent sonnant et trébuchant…

Où est le piège, vous dites-vous ? Il n’y en a pas, puisque ces sites sont gratuits. Mais… comment financent-ils les cashback, alors ? Le site de cash-back se charge de nouer des partenariats avec des e-commerçants (marchands sur Internet), auprès desquels ils négocient une commission pour leur renvoyer des shoppeurs potentiels. C’est une partie de cette commission que vous touchez (entre 60 et 90 %) dans votre cagnotte à cash-back.

Amazon, La Redoute, Zalando, Conforama, Pixmania, Photobox, Groupon, Lightinthebox, L’Occitane… les marchands qui se sont pris au jeu sont nombreux. Pour vous donner une idée, iGraal compte plus de 1.600 e-marchands partenaires, Poulpeo, 1.800. En tant qu’e-shoppeurs belges, évidemment, la liste est plus restreinte si l’on passe par un site de cash-back français, puisque ne rentrent en compte, pour nous, que les sites d’e-shopping livrant en Belgique. Mais ils sont très nombreux à inclure notre pays dans les destinations livrées.

Attention , certains pourcentages sont loin d’être faramineux et la philosophie pousse-à-l’achat (plus vous dépensez, plus vous êtes payé) reste discutable. Mais même 1 € sur un achat, c’est un € de plus dans votre poche… En période de soldes, les sites de cash-back sont d’autant plus plébiscités. Méritent donc d’être essayés !

Les sites de cash-back: être payé pour faire son shopping? Ça cartonne!
©D.R.

L’e-shopping a explosé !

14 % du chiffre d’affaires annuel du secteur a été amassé durant les fêtes.

Effet collatéral de la psychose post-13 novembre ? Toujours est-il que la hausse du chiffre d’affaires de l’e-commerce belge, en évolution logique d’année en année, a dépassé toutes les attentes durant la période des fêtes qui vient de s’achever.

Au total, ce n’est pas moins d’un milliard d’euros qui a été dépensé par les Belges, en ligne, durant cette période de fêtes, apprend-t-on auprès de BeCommerce. Les seules périodes de la Saint-Nicolas et de Noël 2015 ont pesé pour 14 % du chiffre d’affaires annuel du secteur. Il convient évidemment de se souvenir du contexte, de l’alerte 4, et de la menace d’attentat qui planait alors sur les centres commerciaux, au moment de l’année où ils sont le plus fréquentés...

Résultat ? "Alors que nous tablions sur une croissance de 15 % pour l’année 2015, nous allons en réalité dépasser ce chiffre. Le chiffre d’affaires de 8 milliards d’euros pour l’e-commerce, durant l’ensemble de l’année 2015, que nous espérions secrètement atteindre, va du coup être effectivement dépassé."

Par rapport à l’an dernier, 440.000 Belges de plus ont effectué (au moins) un achat via Internet. Le tiercé gagnant des produits et services acquis est connu : billets d’avions, réservations de voyages, tickets de concerts. Quant au trio de tête des webshops plébiscités, il est peu surprenant lui aussi : Amazon.fr trône en tête, talonné par Bol.com (extrêmement populaire en Flandre) et Zalando.

2016 devra, selon toute logique, accentuer encore cette croissance. Et janvier n’est pas le plus mauvais mois pour commencer à asseoir ce phénomène : les réservations de vacances ainsi que les soldes de début d’année, qui commencent aujourd’hui même sur les webshops français où beaucoup de Belges vont piocher, constituent au contraire deux formidables produits d’appel pour le clic-achat.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be