Nos objets ont une histoire : cette cravate qui nous vient des Balkans

Au 17e siècle, les mercenaires d’un régiment de hussards de Louis XIV portaient une curieuse étoffe autour du cou. C’est de l’origine de ces soldats (croates) que dérive le mot cravate.

Guy Debisschop
Nos objets ont une histoire : cette cravate qui nous vient des Balkans
©MODZZAK

Assez curieusement, le mot cravate dérive du mot “croate”. En effet, les mercenaires d’un régiment de hussards croates du roi Louis XIV (1638-1715), le Roi-Soleil, portaient autour du cou une curieuse étoffe qui attira très vite l’attention des Parisiens. Et ils l’adoptèrent progressivement au détriment du jabot.

C’est ainsi que cette mode se développa dans le monde civil où ce foulard fut désigné sous le nom de “cravate”, une déformation du mot “croate”. Un peu plus tôt, Louis XIII avait déjà été intrigué par le curieux foulard des mercenaires croates au cours de la Guerre des Trente ans (1618-1638) et il l’avait timidement introduit dans sa cour où la mode était cependant restée confidentielle. Notons que Louis XIV inventa, lui, la fonction de cravatier, dont le rôle consistait à ajuster la cravate du roi…

Le nœud de cette cravate n’était à l’époque pas celui que nous connaissons aujourd’hui. Il évolua régulièrement au fil des siècles tout comme le port du foulard. Et c’est même une ville belge qui inscrivit son nom en lettres d’or dans l’histoire de la cravate.

En 1692, les troupes françaises, installées à Steinkerque (aujourd’hui Steenkerque dans l’entité de Braine-le-Comte), furent brutalement attaquées par les Anglais. Les officiers français s’habillèrent en catastrophe et ils nouèrent rapidement leur foulard avec un nœud autour du cou en glissant l’extrémité dans leur veste et non par-dessus, comme nous portons aujourd’hui la cravate avec un veston. C’était une grande première dans le port du foulard-cravate.

Mais la cravate a des ancêtres encore plus lointains. Les soldats d’un empereur chinois du IIIe siècle avant J-C portaient déjà une étoffe de soie autour du cou. Et les légionnaires romains nouaient autour de leur cou une sorte d’écharpe en laine ou en soie pour se protéger du froid. Mais cette mode ne sortit pas du cadre militaire contrairement à la “cravate croate”. Depuis 2008, la Croatie fête d’ailleurs la Journée de la cravate chaque 18 octobre. Et c’est en 2003, à Pula, en Croatie bien entendu, que la plus grande cravate du monde (808 mètres de long et 25 mètres de large) a été nouée autour de l’arène romaine de la ville.

La cravate moderne a été dessinée en 1924 par le célèbre cravatier new-yorkais Langdord. Le concept ne changera plus.

Accessoire de mode incontournable dans la mode masculine et parfois féminine, la cravate est aujourd’hui quelque peu mise en retrait au profit de la chemise à col ouvert, reflet d’une société moins conventionnelle et plus décontractée. Mais la cravate n’a pas dit son dernier mot…

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be