Nos objets ont une histoire: quand le portefeuille servait aussi de boîte à tartines

Le portefeuille n’a pas toujours contenu que des billets de banque et des papiers personnels…

Guy Debisschop
Nos objets ont une histoire: quand le portefeuille servait aussi de boîte à tartines
©shutterstock

Dans nos régions, les billets de banque apparaissent au XVIIe siècle, bien après les Chinois qui les utilisaient déjà au XIe siècle. Et, chez nous, ces billets prirent bien vite place dans des portefeuilles. En français, le mot portefeuille vient de la combinaison du verbe “porter” et du substantif “feuille” qui représente le papier-monnaie.

Mais bien avant cette époque, nos ancêtres transportaient leurs pièces de monnaie dans des petits sacs en cuir ou en tissu avec une fermeture à cordon (bourse). Plus que de simples porte-monnaie, il s’agissait des premiers portefeuilles car ces sacs contenaient également des objets personnels souvent de valeur, l’équivalent de nos papiers personnels (carte d’identité, permis de conduire…) et de nos différentes cartes (de crédit notamment).

Étonnamment, les premiers portefeuilles servaient également à transporter… de la nourriture notamment chez les Grecs de l’Antiquité qui les remplissaient avec tout ce dont ils avaient besoin tout au long de la journée, notamment leur repas. Ces portefeuilles étaient en quelque sorte des boîtes à lunch que seules les classes les plus pauvres utilisaient.

Les Romains, eux, en firent un objet de luxe en ajoutant des éléments décoratifs, avec des broderies et des pierres précieuses. Le portefeuille romain plaisait énormément aux femmes les plus nanties et il devint rapidement un attribut de leur tenue.

Progressivement, le portefeuille se rapproche de son utilisation actuelle. Utilisé, comme nous l’avons vu, pour également transporter de la nourriture mais aussi du tabac, au fil des décennies, il est lentement mais sûrement de plus en plus réservé aux billets de banque et aux documents personnels. À la fin du XIXe siècle, l’ethnologue américain Otis Mason écrit dans un ouvrage de référence que “transporter de la nourriture dans son portefeuille est considéré comme non civilisé” tandis qu’attacher son portefeuille à sa ceinture est “semi-civilisé…”

Et dès le XXe siècle, le portefeuille moderne, que la plupart des hommes glissent dans leur veston ou la poche arrière de leur pantalon et les femmes dans leur sac à main, devient lentement un objet de consommation courante.

Jusqu’à parfois, grâce à la technologie moderne, se transformer en un objet ingénieux comme le portefeuille électronique qui ne s’ouvre que grâce à un système qui reconnaît les empreintes digitales de son propriétaire.

Si on peut déjà trouver un portefeuille à une dizaine d’euros sur les marchés, certains valent des fortunes comme ce portefeuille de luxe créé par Stefano Ricci en crocodile noir, qui a été estimé à 38 000 dollars (32 700 €). Le plus cher au monde assurément… Même les patrons de la maison Louis Vuitton et leur portefeuille de luxe à 5 000 dollars (4 300 €) n’en sont pas revenus !

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be