L’inflation plombe les stages d’été : "120 euros la semaine, c’est trop pour beaucoup de parents"

De nombreux stages n’affichent toujours pas complet en raison de l’inflation.

Female,Coach,In,Water,Giving,Group,Of,Children,Swimming,Lesson
©Shutterstock

Pas facile d’occuper ses enfants pendant deux mois quand on n’a pas la possibilité de prendre congé tout l’été. Heureusement, les offres de stages ne manquent pas en Belgique. Des stages sportifs aux stages artistiques en passant par les stages plus studieux, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets et même si les vacances ont déjà commencé, il est encore possible de trouver une place auprès de la plupart des organisateurs de séjours pour enfants et adolescents.

"Il reste encore des places dans plusieurs de nos stages. En fait, cette année, on constate une baisse globale des inscriptions comprise entre 10 et 20 % par rapport à l'année passée. Cette diminution s'explique notamment par la réouverture des camps scouts mais aussi et surtout par l'inflation", observe Dimitri Francis, directeur du CFS (Centre de formation sportive). "Pour de nombreux parents, lâcher 120 euros pour une semaine n'est plus envisageable. Ils privilégient d'autres options comme les mettre chez les grands-parents. Et les familles nombreuses rencontrent encore plus de difficultés. Face à l'augmentation du prix de l'essence et de l'énergie, beaucoup de parents n'ont pas d'autre choix que de rogner sur leurs loisirs et ceux de leurs enfants", poursuit-il.

Tous les organisateurs de stage posent le même constat. "On était contents de sortir de la crise covid qui avait rendu l'organisation des stages très compliquée avec tous les protocoles à respecter. Mais maintenant, c'est une autre crise qu'on doit affronter, celle de l'augmentation du coût de la vie", confirme Marc Nibus, directeur de l'ASBL Dimension Sport et président du MES. (Mouvement de l'extrascolaire et des stages)

Cette année, l'inflation ne se répercute pas encore sur le prix des séjours et autres plaines mais une hausse prochaine des tarifs semble inévitable. "On essaye de maintenir nos prix à un niveau le plus bas possible mais on va devoir gérer l'indexation du salaire de nos moniteurs, en plus des autres frais qui augmentent. On n'aura sans doute pas d'autre choix qu'augmenter le coût de nos stages", déplore-t-il.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be