McDonald’s craint aussi la récession: la confiance des consommateurs est en berne

Le retrait de Russie et l’inflation ont fait plonger les bénéfices.

Bruxelles - Le Mac Donald sis a la bascule et le deli traiteur de la rue du page victimes d'un braquage à quelques semaines d'intervalle
©JC Guillaume

Si les restaurants McDonald’s se portent encore bien malgré la crise qui s’installe, le retrait de Russie et la fermeture des restaurants en Ukraine a coûté très cher à la chaîne de restauration rapide. Au total, l’ardoise s’élève à 1,2 milliard de dollars, ce qui a fait baisser les ventes mondiales de 3 % et a plombé les bénéfices de 50 %.

L’inflation a aussi durement touché McDonald’s, comme l’ensemble des entreprises. Malgré tout, avec un bénéfice s’élevant à 1,1 milliard de dollars, McDo a une fois de plus dépassé les attentes. Un excellent résultat que la chaîne doit à ses ventes mondiales en hausse de 9,7 % au cours du trimestre et une croissance de 13 % en Europe, entraînée par les surperformances des marchés français et allemands où McDonald’s grignote des parts de marché à ses concurrents.

Mais les perspectives sont moins optimistes. La confiance des consommateurs est en berne sur de nombreux marchés. Aux États-Unis, McDonald’s table sur une inflation de 12 à 14 % sur les emballages et l’alimentation cette année. Des chiffres qui pourraient même être dépassés en Europe. Aux États-Unis, la baisse du pouvoir d’achat a déjà incité certains consommateurs à se tourner vers des alternatives moins coûteuses. Et le PDG de l’entreprise, Chris Kempczinski, craint que cela s’étende au monde entier.

"Nous sommes maintenant confrontés à la guerre en Europe, l’inflation est la plus élevée des 40 dernières années et les taux d’intérêt augmentent à des niveaux que nous n’avons pas vus depuis des années. Tout cela contribue à la faible confiance des consommateurs dans le monde et à la possibilité d’une récession mondiale."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be