Le fossé se creuse entre les produits bio et classiques: manger mieux est quasiment devenu un luxe ! (COMPARATIF)

Nous avons comparé l’évolution des prix ces 6 derniers mois. Et tous les produits n’évoluent pas de la même façon.

Van Hoof Thibaut
En proposant des produits de qualité à prix réduits, les épiceries sociales permettent aux ménages ayant des difficultés financières de continuer à faire leurs courses dans la dignité. Dès lundi, un nouvel établissement de ce type ouvrira ses portes à Etterbeek dans les locaux du CPAS. Certains des fruits et légumes proposés sur les étals de l’épicerie sociale sont issus du potager écologique communal où sont organisées des formations à l’agriculture et au maraîchage. Pour les autres produits alimentaires et d’hygiène, un fournisseur a été sélectionné via un marché public. "Les produits seront vendus en moyenne 10 % moins cher que les prix les plus bas que l’on puisse trouver en supermarché, mais ils seront d’une qualité supérieure. Par exemple, un paquet de pâtes bio reviendra à 70 centimes", précise Catherine Dubois, coordinatrice du projet.
©JC Guillaume
On en parle depuis des semaines, les prix ne cessent d’augmenter dans les grandes surfaces. Manger devient presque un luxe pour certaines familles, et les comportements des consommateurs évoluent. Si les hard-discounters...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité