Deux réveillons qui tombent un week-end, une bonne nouvelle pour l’Horeca… sauf cette année: "Certains se demandent encore s'ils vont ouvrir..."

Si les restaurants devraient faire le plein, les services traiteurs font grise mine face à la hausse des prix et la perte de pouvoir d’achat des clients.

Thibaut Van Hoof
Mons, Marché de Noël
Les fêtes devraient attirer du monde, en théorie. ©Ugo PETROPOULOS
Les fêtes de fin d’année, voilà un moment pour se réunir en famille, décompresser et faire son bilan de l’année écoulée. Mais c’est avant tout un rendez-vous commercial à ne pas louper pour bien des secteurs. Si les boutiques (physiques ou en ligne) connaissent le rush habituel pour les cadeaux de Noël, c’est le cas aussi pour l’Horeca, qui se prépare à deux réveillons un peu particuliers, puisqu’ils tombent un samedi soir. On pourrait...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité