C’est à Paris que le réverbère à huile, inventé par l’ingénieur Bourgeois de Châteaublanc, fit son apparition en 1766. Pour mettre fin aux activités illicites de ce qu’on appelait à l’époque les mauvais garçons, qui étaient légion dans la capitale française, le commissaire en chef de la police parisienne, Antoine de Sartine, insista auprès des responsables municipaux pour installer rapidement un éclairage public moderne et efficace pour l’époque.

C’est ainsi que le réverbère à huile remplaça le réseau de lanternes à la bougie qui équipait jusque-là les principales rues de Paris. Cet éclairage minimal était assuré par des citoyens désignés par la mairie. Appelés “allumeurs de chandelles”, ils allumaient chaque soir les bougies des lanternes. Imposées en 1667, déjà pour des raisons de sécurité, par le lieutenant-général de la police parisienne, Gabriel-Nicolas de la Reynie, elles constituaient un beau progrès puisque, dans 912 rues de Paris, 2736 lanternes avaient été installées. Avant cela, les rues de Paris étaient la nuit un véritable coupe-gorge. Bien avant, en 1318, le roi de France Philippe V Le Long avait fait installer quelques lanternes de bois garnies de vessies de porc à la porte du tribunal du Châtelet dans le but de “déjouer les entreprises des malfaiteurs”. Quelques années plus tard, il est demandé aux gros bourgeois de placer devant leur hôtel de maître des flambeaux ardents à leurs frais. Et de temps en temps, apparaissaient dans les rues les représentants de l’ordre public, les soldats du guet, qui éclairaient leurs rondes au moyen d’une torche constituée d’un bâton au bout enflammé.

Chez nous, ce n’est qu’en 1852 que l’ensemble du territoire bruxellois sera équipé de réverbères. Mais notre capitale sera la première ville en Europe à se doter de réverbères à gaz (1812). Ils remplacèrent les réverbères à huile et, dans certains quartiers bruxellois, devant la cathédrale Saint-Michel notamment, des réverbères à gaz, mis en action manuellement par des allumeurs, subsistèrent jusque dans les années 1950… Le raccordement à l’électricité se généralisa ensuite. Aujourd’hui, les réverbères à led, solaires ou pas, économiques et performants, apparaissent un peu partout, notamment le long des autoroutes.