Quand les lunettes virent-elles le jour ? Pour certains, un moine franciscain anglais, Roger Bacon, fut le premier en 1268 à imaginer un curieux montage de deux lentilles convexes en cristal de roche montées sur un pince-nez. Mais les Chinois affirment qu’ils utilisaient des verres grossissants, dès le Xe siècle. Pour d’autres, c’est un dominicain italien, Alessandro della Spina, qui, dans un atelier de la célèbre verrerie de Murano, eut l’idée en 1300 ou encore son compatriote, le physicien Salvino degli Armati à la même époque, mais il semble que ce dernier se soit limité à perfectionner la monture. Bref, on n’y voit pas très clair…

Ce que l’on sait avec certitude, par contre, c’est, qu’à la fin du Moyen-Âge, les lunettes commencent à se répandre dans la population. L’invention de la presse mécanique dans l’imprimerie par Gutenberg au XVe siècle n’est pas étrangère à ce phénomène.

Les intellectuels, les savants notamment, s’équipent de lunettes, le plus souvent passé l’âge de 50 ans. Leurs travaux s’en trouvent facilités, les lunettes donnent ainsi un sérieux coup de pouce au développement de la technologie et du savoir. Progressivement, la fabrication des lunettes se développe. En France, en 1581, la corporation des miroitiers-bimbelotiers-lunetiers est créée et les statuts du métier sont définis.

En 1790, Benjamin Franklin, un des pères fondateurs des États-Unis, inventa les premières lunettes bifocales. Il manifestait des difficultés à voir à la fois de près et de loin et il possédait deux paires de lunettes, ce qui était pour le moins inconfortable. Il eut alors l’idée de faire couper des verres en deux parties et de les utiliser ensemble, la partie basse pour lire, la partie haute pour voir de loin. Le tour était joué !

Progressivement, en fonction de la mode notamment, les lunettes se déclinent : pince-nez, monocle, binocle, lorgnon avec un manche… Sans oublier les lunettes solaires dont l’invention est attribuée à l’Anglais James Ayscough, qui découvrit la filtration des rayons ultraviolets en 1752.

Au XVIIIe siècle, les lunettes sont très présentes dans les classes sociales favorisées et aussi, pour des raisons évidentes, chez les banquiers et les comptables. Mais ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale qu’elles se démocratisent réellement notamment grâce à l’utilisation des montures en matière plastique.