Tomorrowland aura-t-il lieu en 2021 ? Les organisateurs ont déjà décidé de déplacer le festival de la fin juillet à la fin août. En fonction de l’évolution de la pandémie chez nous, des dispositions devront être prises, soit pour annuler une nouvelle fois le festival, soit pour l’adapter aux normes sanitaires qui seront en vigueur à la fin de l’été.

Quoi qu’il en soit, les organisateurs ont déjà pris une décision de taille : il ne sera pas possible d’acheter des cigarettes sur le festival. Une décision prise en collaboration avec la multinationale British American Tobacco. Alors, coup de pub ou réelle volonté de changer les mentalités ? Tentative de réponse avec Johan Vandermeulen, Directeur Regional de BAT pour l’Europe et L’Afrique du Nord.

Une multinationale active dans la vente de cigarettes qui s’engage à ne plus en vendre sur un festival à la renommée mondiale, c’est un peu spécial, non ?

Je comprends tout à fait la question. Déjà, on espère que le festival pourra avoir lieu cette année. Ensuite, cette décision s’inscrit dans un projet global pour notre entreprise. Nous voulons contribuer à un monde meilleur et améliorer la santé des gens. Nous savons très bien que fumer, c’est mauvais pour la santé. Notre position est de pousser les adultes fumeurs à changer leurs habitudes et de leur proposer des alternatives pour arrêter de fumer. Nous aurons donc des stands où nous vendrons des vapoteuses, mais il ne sera pas interdit de fumer sur le site.

C’est donc une autre façon de faire du business.

Oui et non. Nous devons respecter des règles très précises et strictes en matière de marketing. Par exemple, les cigarettes électroniques sont populaires chez les jeunes mais ce n’est pas du tout notre public cible. Si on ne fume pas, il ne faut pas commencer à vapoter non plus. C’est aussi pour cela que nous avons choisi de travailler avec Tomorrowland qui est un festival pour les 18 ans et plus.

Il y a-t-il déjà eux des décisions similaires pour d’autres événements ?

Non, c’est une première en Belgique et une première mondiale. En tant qu’entreprise, nous développons d’autres produits moins nocifs. Et tout le monde doit être gagnant : nous, la santé des gens et donc la société en général.

Certains restent tout de même méfiants envers les vapoteuses…

Oui et c’est pourquoi nous travaillons avec les autorités pour mieux communiquer à ce sujet-là. Des dizaines d’études scientifiques indiquent qu’il n’y a pas de risque à vapoter. Il faut donc mieux sensibiliser les gens et les faire switcher de la cigarette vers la cigarette électronique.

Quelle est la part des produits de vapotage en Belgique ?

Selon Sciensano, il y a 500.000 vapoteurs en Belgique, et cela ne cesse d’augmenter. BAT est le leader du marché des systèmes de vapotage, avec une part de marché de 65 % en mars 2021. À côté de cela, on a vendu, nos concurrents compris, 9,5 milliards de cigarettes en Belgique en 2020.