Il y avait les affiches publicitaires classiques, en papier. Il y a ensuite eu les panneaux publicitaires diffusant des vidéos en rue. Ceux-ci se muent maintenant en radars ! Un radar qui ne va pas seulement chercher à vous localiser, à compter le nombre de personnes dans une rue ou sur une place ou encore à calculer la vitesse des véhicules, mais qui va bien utiliser vos données mobiles pour adapter le contenu de ses publicités. Un procédé qui peut faire peur et qui soulève des questions, mais qui existe depuis un peu plus de quatre ans aux États-Unis.

Derrière cette technologie, la société Clear Channel, propriétaire de milliers de panneaux d’affichage à travers le monde. Le principe est similaire à celui utilisé par les réseaux sociaux pour diffuser des publicités. Vous l’aurez certainement remarqué, vos dernières recherches sur Google ou un autre moteur de recherche sont curieusement similaires aux publicités que vous voyez défiler sur Facebook ou encore Instagram.

Ce sera prochainement la même chose en rue. Grâce aux données récoltées par vos données mobiles, les panneaux publicitaires pourront analyser les habitudes de consommation des passants et ainsi adapter leur publicité en fonction du public qui passe le plus souvent devant eux.

Mais quid de l’anonymat et de la protection des données? Forts de leur expérience au pays de l’Oncle Sam, les dirigeants de Clear Channel sont assez confiants et promettent de conserver l’anonymat des personnes et que tout ce système respecte les règles européennes en la matière. "Les données qui alimentent notre radar sont des données mobiles qui sont agrégées et entièrement anonymisées par un fournisseur tiers avant d'être partagées avec Clear Channel, précise l'entreprise. Cela signifie que, contrairement à la publicité en ligne, aucun individu n'est identifié ou ciblé à l'aide du radar. Au lieu de cela, les annonceurs voient des groupes de données en fonction d'attributs d'audience, tels que l'âge, le revenu et les magasins où ils se rendent. Ainsi, les données de géolocalisation nous permettent de comprendre qui est exposé à nos publicités, de la même manière que les sondages ont été utilisés à la télévision."

Et de donner des exemples pour mieux comprendre le procédé. "Il est important que les gens comprennent bien cela, je vais donc donner quelques exemples pour donner vie à cela. À l'aide du radar, une marque de vêtements pourrait identifier les meilleurs panneaux Clear Channel pour atteindre les femmes de 18 à 34 ans qui font des achats dans les grandes marques de mode, ou un fabricant de poussettes pourrait trouver les meilleurs panneaux pour atteindre les parents qui ont récemment visité un grand magasin. Surtout, si un groupe d'appareils est trop petit (moins de 25 personnes) et qu'il y a donc un risque d'identifier un individu car nous ne recevons pas les données du fournisseur tiers. OOH est un canal à large portée pour attirer un public de masse, et nous ne visons pas les individus."

Il convient tout de même de réfléchir avant d’accepter sans lire tous les cookies et le partage des données de géolocalisation que nous acceptons tous les jours et qui permettent en fait à ces procédés d’être tout à fait légaux, pour autant que la vie privée des utilisateurs et maintenant simples passants soit respectée. "Les consommateurs consentent à ce que leurs données de géolocalisation soient utilisées pour RADAR via les applications de leurs mobiles lorsqu'ils acceptent les conditions générales de ces applications. Nous prenons la conformité et la confidentialité des données très au sérieux, et tous nos partenaires de données respectent les normes du RGPD, ce qui signifie que les gens doivent explicitement choisir de participer à la collecte de leurs données et avoir la possibilité de se désinscrire à tout moment, assure Clear Channel. Nous surveillons constamment les modifications apportées aux lois et réglementations locales pour nous assurer de rester à jour et entièrement conformes à tous les points et dans tous les pays dans lesquels nous opérons."