Si de nombreux secteurs ont été frappés de plein fouet par la crise du coronavirus, certaines activités en ont clairement tiré profit. À commencer par les services de livraison de repas à domicile, que certains consommateurs semblent avoir découverts durant le confinement et adoptés par la suite.

Takeaway.com a ainsi vu son chiffre d’affaires bondir de 44 % et compte bien développer davantage encore ses activités d’ici la fin de l’année. Les livraisons à domicile étant la seule source de revenus de nombreux restaurateurs durant le confinement, certains ont décidé de franchir le pas, permettant à Takeaway.com de dépasser le milliard de chiffre d’affaires au cours du premier semestre.

En fusionnant avec Just Eat et en profitant de la crise, Takeaway.com a enregistré 32 % de commandes supplémentaires au cours du premier semestre. Le service se développe en Belgique face à ses deux principaux concurrents (Deliveroo et Uber Eats), mais c’est surtout au Royaume-Uni, en Allemagne, au Canada et aux Pays-Bas ainsi qu’en Australie et au Brésil que les livriasons de repas à domicile ont connu la plus forte progression.

Dans le secteur, la concurrence fait pourtant rage et aucune entreprise n’est rentable à l’heure actuelle. Chez Takeaway.com, le bénéfice brut d’exploitation est cependant positif (177 millions d’euros), mais la fusion avec Just Eat et l’acquisition prévue de Grubhub ont entraîné des coûts ponctuels élevés et une perte nette de 27 millions d’euros.