Consommation

Le ministère public américain enquête sur le talc pour bébés de la firme Johnson & Johnson (J&J) et les risques potentiels de cancer qui y seraient liés.

Une information rapportée par l'agence Bloomberg. La firme pharmaceutique a déjà été condamnée à plusieurs reprises à indemniser des personnes malades après avoir utilisé ce talc. 

Plus de 14.000 poursuites ont été engagées par des personnes atteintes de cancer. Le ministère public ouvre à présent une nouvelle enquête. J&J a vendu pendant des décennies cette poudre pour bébés. Depuis lors, l'entreprise gagne beaucoup plus d'argent avec ses autres produits dont les médicaments. Elle estime qu'il n'existe aucun risque lié à l'utilisation du talc et affirme que l'on n'a jamais retrouvé de trace d'amiante. Cependant, des documents internes soumis au tribunal montreraient que la société était peut-être au courant de la présence d'amiante et des risques pour la santé qui y sont associés depuis les années 60 et 70. 

Des scientifiques employés par l'entreprise auraient même mis en garde leur employeur contre les conséquences judiciaires de cette situation. J&J assure avoir mis de l'argent de côté, sans préciser combien. L'agence Bloomberg estime que le coût de ces procès pourrait atteindre 15 milliards de dollars. L'entreprise nie toute responsabilité et affirme que tous les produits sont sûrs. L'action Johnson & Johnson a chuté de plus de 5% après l'annonce de l'existence de cette nouvelle enquête