Depuis samedi, le Belge ne peut plus effectuer ses achats dans les magasins non-essentiels que sur rendez-vous. Selon Comeos, les répercussions étaient immédiatement visibles. "La plupart des magasins sont ouverts mais les rues commerçantes sont très calmes." "Il y a peu de passage et les clients ne s'y retrouvent plus. Ils jugent les différentes réglementations encore plus perturbantes", explique un porte-parole de Comeos.

"Dans un magasin, ils peuvent entrer à deux après avoir pris rendez-vous, dans le magasin voisin, une seule personne est admise mais sans rendez-vous et avec un temps limité... Ce n'est pas simple du tout." Les magasins situés le long de nationales semblent moins souffrir que ceux situés en ville ou dans des centres commerciaux. Les clients pensent qu'ils y ont plus de chance de faire leur shopping malgré la règle des 50 personnes maximum.

Les commerces que les autorités estiment non-essentiels, comme les magasins d'électro, de mode et d'ameublement, ne peuvent plus recevoir des clients que sur rendez-vous. Le nombre qu'ils peuvent accueillir en même temps dépend de la surface de l'établissement mais ne peut jamais excéder les 50 personnes. Un rendez-vous peut encore être pris devant le magasin même, pour certaines enseignes.