Cette année, cela fera 35 ans que Coluche, en lançant son appel à la solidarité en urgence en France, marquait les débuts des Restos du cœur. Aujourd’hui encore, les dons de vivres sont nécessaires pour faire face à l’augmentation des demandes d’aide alimentaire et à la baisse des approvisionnements, crise du Covid oblige… La situation est tendue, comme l’explique Jean-Gérard Closset, le président : " Concrètement, nous avions l’habitude, dans nos Restos du cœur, d’organiser une récolte de vivres plusieurs fois par an pour renflouer les stocks. Or, avec les mesures sanitaires et pour garantir la sécurité de nos bénévoles, nous ne pouvons plus nous poster physiquement devant les magasins pour recueillir les dons de conserves, bocaux, pâtes et autres produits non périssables. Cela a un impact direct sur la quantité récoltée." L’association a donc lancé une nouvelle façon de prêter main-forte : on peut payer une "liste de courses" virtuelle pour remplir les rayons (surtout ceux en rupture comme des conserves de légumes, de fruits et de poissons, des féculents, des produits laitiers, du café et des articles pour l’hygiène). Sur le site, chacun choisit et paye les produits de son choix. La Fédération se charge alors des commandes et redistribue les marchandises dans l’ensemble des Restos du cœur de Belgique.

À l’heure actuelle, les Restos du cœur disposent de 27 points de distribution dans toute la Belgique. Les bénéficiaires peuvent y obtenir non seulement des repas chauds mais également des vêtements, un accompagnement social, un logement et une aide à l’éducation ainsi que des soins de santé. www.restosducoeur.be. E.W.