L'année passée, Bpost avait subi un pic de livraisons, si bien que des destinataires avaient soit attendu plus longtemps que d'accoutumée leurs commandes, soit avaient dû les récupérer dans un point de retrait. "Nous en avons tiré des leçons", a expliqué M. Tirez. "Nous avons désormais prévu des capacités de tri suffisante, nous sommes en contact permanent avec des clients pour garder un œil sur les volumes. Nous avons aussi 650 personnes du siège social qui peuvent aider sur le terrain."

M. Tirez n'anticipe donc pas de problèmes. "Je pense en effet que je peux affronter avec confiance le pic à venir." Selon le PDG, il y a trois fois plus de colis en cette période de fêtes de fin d'année que comparé à la même saison il y a deux ans.