"Trop c'est trop! Il faut absolument empêcher ces produits issus de torture d'animaux", lance Michel Vandenbosch, président de Gaia.

L'association avait diffusé jeudi dernier sur son site internet des images dénonçant les pratiques de producteurs de foie gras en Wallonie. Trois exploitations étaient visées. "Derrière le label "artisanal" et le "respect de la production traditionnelle" invoqué par les éleveurs wallons se cache quelque chose de bien différent de ce que les gens imaginent", selon Gaia. L'association souligne également la part de responsabilité des chaînes de supermarchés: "En continuant à vendre et à promouvoir du foie gras cruel, elles perpétuent et même renforcent ces actes cruels", relève-t-elle.

La pratique du gavage est interdite dans la Région de Bruxelles-Capitale et en Flandre. Cependant, "les gouvernements de la région de Bruxelles-Capitale et la Flandre doivent désormais oser aller plus loin et prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre un terme à la vente de foie gras de torture", martèle Michel Vandenbosch. En Région bruxelloise, une proposition d'ordonnance a été déposée à ce sujet.

La ministre wallonne du Bien-être animal Céline Tellier a, de son côté, réclamé une enquête après la diffusion des images "choquantes" révélées par Gaia, la semaine dernière.