Consommation Même sans profiter d’une offre sur un téléviseur ou un téléphone. Il suffit d’avoir plusieurs numéros sur le même contrat.

Dans le monde de la téléphonie, la guerre aux meilleures offres fait rage depuis des années. Les appareils évoluent, et chaque opérateur y va de sa petite astuce pour fidéliser ou attirer les clients.

Davantage de mégas, des appels illimités, un smartphone pour quelques euros, les offres sont parfois alléchantes et certains consommateurs jouent parfaitement le jeu de la concurrence pour s’en tirer à meilleur compte.

Mais il faut bien vérifier le contrat signé pour éviter une mésaventure. Ainsi, les smartphone offerts gratuitement ou au rabais font souvent office de lien entre un opérateur et un client. Un iPhone pour 50 euros ? Très bien, mais il faudra rester au moins deux ans chez Proximus ou Orange.

Une formule connue de beaucoup désormais mais qui n’est pas la seule. Le Tubizien Thierry Verhulst en a fait les frais dernièrement. En s’abonnant chez Orange en octobre 2018 au nom de sa société, le Tubizien a pris trois numéros dans le même contrat, mais sans profiter d’une offre comprenant un appareil neuf. "Je ne voulais pas être lié pour un certain temps chez Orange et être libre de partir à tout moment ", indique-t-il. Chose qu’il a voulue faire dernièrement en trouvant mieux ailleurs.

Le hic, c’est la réponse d’Orange au moment d’annoncer son envie de rompre son contrat. "Pour commencer, on m’a dit que ce n’était pas possible car je possédais plus de cinq cartes SIM chez eux, s’étonne-t-il. En fait, j’avais reçu en guise de cadeau trois cartes pour tablettes reliées à mes numéros de téléphone. Cela fait donc un total de six cartes, ce qui fait que je me retrouve coincé chez eux pour une durée de deux ans."

La seule solution proposée par Orange était de payer des frais de départ de… 1 710 euros ! "Cela ressemble tout de même à une arnaque et je ne compte pas payer cette somme."

Du côté d’Orange, on confirme le règlement compris dans le contrat. "Les clients possédant plus de cinq cartes SIM sous le même contrat sont en effet liés pour la totalité de celui-ci", nous a indiqué dans un premier temps l’opérateur.

Mais la subtilité liée aux cartes SIM pour tablettes n’avait finalement pas lieu d’être. "Dans ce cas, il s’agit d’une erreur et ces cartes ne peuvent pas être prises en compte. Le client ne doit donc pas payer les 1 710 euros pour rompre son contrat."

Tout rentre donc dans l’ordre pour Thierry mais son histoire pourra servir de leçon à d’autres.