Consommation Le géant néerlandais de la grande distribution débarque en Belgique avec d’énormes ambitions.

Ce n’est pas tous les jours qu’une nouvelle enseigne de grande distribution ouvre ses portes en Belgique. Venue sur les terres de Colruyt (prix bas), mais aussi concurrente de tous les autres, Jumbo a de l’ambition. Si cette enseigne néerlandaise n’est peut-être pas la plus connue côté francophone, au nord du pays, elle a déjà une solide réputation. Nombreux sont les néerlandophones à franchir la frontière pour aller faire leurs emplettes chez le grand concurrent d’Albert Heijn, sur ses terres. Le numéro 2 de la grande distribution aux Pays-Bas y dispose de 670 filiales (80 000 employés) et réalise un chiffre d’affaires de 7,8 milliards d’euros, soit 20 % de parts de marché.

Si son CEO, Frits van Eerd, a déclaré qu’il n’entamerait pas une guerre des prix avec Colruyt et ses autres concurrents, l’ouverture de son premier magasin à Pelt (2 autres sont encore prévus d’ici la fin de l’année) a déjà forcé le groupe belge à revoir quelques dizaines de ses prix dans ses magasins situés à proximité de Jumbo.

Passionné de courses automobiles et sponsor d’une équipe cycliste aux grandes ambitions, comptant notamment Wout Van Aert dans ses rangs, Jumbo entend se faire un nom sur notre territoire avec pour leitmotiv de faire de ses clients de véritables fans de l’enseigne. C’est d’ailleurs à coups de marketing bien pensés que Jumbo s’est imposé aux Pays-Bas. L’un des plus réussi est sans conteste le caddie offert à tout client qui se retrouverait quatrième dans la file aux caisses sans qu’une caisse supplémentaire soit ouverte. Frits van Eerd a cependant précisé qu’il ne dupliquerait pas ce concept en Belgique, même si les lignes de forces de l’enseigne seront majoritairement similaires à celles développées aux Pays-Bas. Ainsi, des prix bas, le meilleur service et un très large assortiment sont les clés de Jumbo partout où il s’installe.

Si la chaîne de supermarchés n’entend donc pas déclarer la guerre des prix en Belgique, et elle aurait d’ailleurs du mal à le faire pour l’instant avec un seul point de vente, il est clair qu’à terme, avec une centaine de magasins déployés en Flandre, cela va faire des dégâts. Carrefour et ses hypermarchés, mais aussi Delhaize, ne semblent d’ailleurs pas aussi rassurés que Colruyt, disant ne pas avoir peur de ce nouvel acteur. Et pour cause, en plus de ses prix bas, Jumbo veut faire des produits frais (belges) l’un des atouts majeurs.

L’agencement de ses magasins ne ressemble, par ailleurs, en rien à l’austérité des rayons de Colruyt. Au contraire, tout y est particulièrement soigné, se rapprochant davantage du côté plus esthétique de Delhaize où des récentes rénovations de Carrefour. Il se murmure aussi que Jumbo ne se limiterait pas à la Flandre et serait déjà activement en recherche de localisations ailleurs dans le pays. Voilà de quoi rebattre une fois de plus les cartes dans un secteur où Delhaize, Carrefour, Cora et Makro multiplient les initiatives et autres plans de transformation pour éviter de perdre des parts de marché à défaut d’en gagner…